Goto main content

Plus de 20 ans d'intervention en Irak

L’association est intervenue en Irak dès 1991 pour venir en aide aux victimes de la Guerre du Golfe.  Aujourd’hui, Handicap International poursuit ses activités de sensibilisation aux risques des mines et restes explosifs de guerre.
Un enfant regarde une brochure de sensibilisation aux dangers des mines

L’association est intervenue en Irak dès 1991 pour venir en aide aux victimes de la Guerre du Golfe.  Aujourd’hui, Handicap International poursuit ses activités de sensibilisation aux risques des mines et restes explosifs de guerre.

L’association veut également initier des activités de prévention aux dangers de la mauvaise manipulation des armes légères. Elle soutient toujours le centre d’appareillage KORD qu’elle a fondé à ses débuts au Kurdistan irakien.

 

 

Le déminage et la sensibilisation aux risques des mines et restes explosifs de guerre

Dès 2003, immédiatement après la chute du régime de Saddam Hussein, Handicap International lance des opérations pour lutter contre les mines et engins non explosés qui menacent les populations au quotidien : déminage, sensibilisation aux risques et appareillage des victimes. Une équipe de 10 démineurs intervient dans les banlieues de Bagdad s’attaquant aux zones polluées les plus peuplées. Ces opérations directes ont été accompagnées d’un important volet de formation de démineurs irakiens qui sont aujourd’hui opérationnels sur le terrain pour poursuivre cette tâche qui pourraient encore prendre des décennies.

En parallèle, les équipes de Handicap International ont mené des campagnes de sensibilisation : 50 000 affiches ont été placardées dans les hôpitaux, les mosquées et sur les murs de Bagdad et 200 000 dépliants de prévention ont été distribués directement aux populations. L’association a organisé des réunions d’information avec les imams et les médecins travaillant dans les hôpitaux et dispensaires, afin qu’ils deviennent des relais des messages de prévention.

En raison de la situation sécuritaire toujours difficile dans le pays et pour développer et renforcer les capacités des organismes nationaux, Handicap International travaille aujourd’hui à la sensibilisation des populations en s’appuyant sur des partenaires irakiens des centres d’action contre les mines du pays et des organisations locales. En 2012, le personnel de centres d’action contre les mines, au sud comme au centre et au nord, ont été formés aux techniques de sensibilisation aux dangers des restes explosifs de guerre. Ces agents, soutenus par Handicap International, ont ensuite recruté plus de 140 volontaires, qui a leur tour, ont sensibilisé directement plus de 8 500 Irakiens dont près de la moitié étaient des enfants. Handicap International réalise également les supports (manuels, panneaux d’informations, dépliants…) qui sont utilisés par le personnel irakien formé. 

Limiter les risques liés aux armes légères

Handicap International se préoccupe également des risques liés aux armes légères. L’association, qui mène déjà des actions de prévention à ces armes, notamment en Libye, veut engager des projets pour prendre en compte ce fléau des armes légères déjà responsables de 140 000 victimes civiles blessées ou tuées depuis 2003. Dans un premier temps, l’association va identifier les zones les plus à risques en Irak et réaliser des messages de prévention adaptés aux besoins des communautés.

Ces actions sur le terrain s’accompagnent d’un soutien de Handicap International pour favoriser la réglementation de ces armes. Handicap International est déjà reconnue pour ses combats contre les conséquences inacceptables des armes pour les populations civiles. Elle est l’une des six associations fondatrices de la Campagne internationale pour interdire les mines antipersonnel (ICBL), qui a abouti à la signature du Traité d’Ottawa contre ces armes en 1997. Pour cet engagement, elle a reçu le prix Nobel de la paix en 1997, conjointement avec les autres ONG d’ICBL. En 2003, Handicap International s’est également investie dans le combat contre les bombes à sous-munitions. Elle est l’un des membres fondateurs de la Coalition contre les sous-munitions (CMC), un acteur clé de l’élaboration du Traité d’Oslo interdisant ces armes depuis 2008. L’association continue de s’impliquer au quotidien pour que les gouvernements mettent en œuvre les obligations de ces deux traités, notamment en termes d’assistance aux victimes.

Aujourd’hui, Handicap International soutient un Traité fort contre le commerce illicite des armes. Du 18 au 28 mars 2013 se tiendra à New York une série de négociations pour l’adoption d’un Traité sur le commerce des armes (TCA). « Ce traité a pour objectif de réglementer le commerce d’armes classiques (les armes qui ne sont pas biologiques, chimiques ou nucléaires) afin d’éviter tout transfert irresponsable (à des gouvernements ne respectant pas les droits humains, par exemple) et à prévenir et combattre le commerce illicite », explique Marion Libertucci, responsable du plaidoyer armes à Handicap International.

Le processus visant à obtenir un tel texte, souhaité par de nombreuses organisations de la société civile et soutenu par de nombreux États, notamment européens et africains, s’est heurté à une impasse en juillet 2012 avec l’échec de premières négociations dû au refus des États-Unis d’adopter le texte proposé. Mais une majorité écrasante d’États a souhaité continuer à négocier pour tenter d’aboutir à l’adoption d’un tel traité. Handicap International déplore cependant que certains États défendent encore une version minimaliste du texte (ne couvrant pas explicitement les munitions et tous les types et composants d’armes, ne prévoyant pas un encadrement strict du processus de délivrance des autorisations ou n’obligeant pas les États à une transparence complète sur les exportations). Seules des dispositions claires, complètes et contraignantes pourront empêcher les transferts irresponsables ou illicites.

L'appareillage au Kurdistan irakien

Handicap International est intervenue dès 1991 au Kurdistan irakien pour venir en aide aux victimes de la guerre du Golfe et des mines et restes explosifs de guerre, notamment par la mise en place d’activités d’appareillage et des séances de réadaptation. L’association a notamment fondé le centre d’appareillage (KORD)[1] de Sulaymaniah, au Kurdistan irakien.

En 2003, outre la gestion de deux centres de réadaptation et de trois antennes mobiles pour intervenir dans les zones isolées et parfois en guerre, l’association fournit également des équipements de kinésithérapie et des prothèses à l'Institute of Medical Technology de Bagdad, pillé lors du conflit, et qui a ainsi pu reprendre ses activités d’appareillage dont 300 amputés ont pu bénéficier.

En 2008 et 2009, Handicap International a apporté son soutien à l’organisation Médecins Sans Frontières  pour fournir des services de chirurgie reconstructrice pour les blessés de guerre irakiens.

Aujourd’hui, Handicap International continue de soutenir le KORD par des formations pratiques et un accompagnement technique des kinésithérapeutes et orthoprothésistes irakiens.



[1] Kurdistan Organization Rehabilitation of the Disabled


 

Publié le : 13 octobre 2021

Pour aller plus loin

Il y a encore énormément à faire en matière de santé mentale
©Handicap International
Santé

Il y a encore énormément à faire en matière de santé mentale

Les 5 et 6 octobre, le ministre français des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, et le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, accueilleront à Paris, un Sommet mondial sur la santé mentale intitulé « Mind Our Rights, Now ! ».

Ce sommet réunira des hauts responsables politiques, des organisations internationales, des professionnels de santé, des experts et acteurs de la société civile, mais aussi des fondations et des personnalités issues du milieu académique, avec l’ambition de renforcer la mobilisation internationale en faveur de la santé mentale, de promouvoir le respect des droits et de valoriser les expériences innovantes à l’international.

Maximilien Zimmermann, réfèrent technique Santé mentale et soutien psychologique chez Handicap International, y participera. Il nous parle de son travail au sein de notre ONG et des enjeux de ce sommet. Rencontre.

Irak : un obstacle majeur à la reconstruction du pays
© F. Vergnes/HI
Mines et autres armes

Irak : un obstacle majeur à la reconstruction du pays

Cinq ans après la fin de la guerre en Irak, les communautés sont toujours fracturées, tout comme les bâtiments, les routes et les ponts qui les entourent. Publié aujourd'hui, le rapport de Handicap International, « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak », dresse un tableau édifiant de la vie quotidienne des Irakiens, dont certains ont trop peur pour laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints de travailler dans des endroits pollués par des explosifs, poussés par le besoin de gagner leur vie.

HI agit pour l’inclusion des enfants atteints de paralysie cérébrale
© Benoit Almeras / HI
Insertion Prévention Réadaptation Santé

HI agit pour l’inclusion des enfants atteints de paralysie cérébrale

A l’occasion de la Journée mondiale de la Paralysie Cérébrale, le 6 octobre, HI met l’accent sur l’importance de la prise en charge des enfants nés avec ce handicap.