Accès direct au contenu

Raed Mokaled: victime et partisan de l'interdiction

Mines et autres armes
Les « Ban Advocates » sont un groupe d’individus issus de communautés souffrant des ravages causés par les bombes à sous-munitions. Partisans de leur interdiction, les Ban Advocates sont parvenus à influencer les discussions portant sur tous les thèmes majeurs abordés dans le cadre du processus d’Oslo. Avec le soutien de Handicap International, ils ont activement fait pression auprès des représentants gouvernementaux participant aux conférences.
Raed Mokaled: victime et partisan de l'interdiction

Les « Ban Advocates » sont un groupe d’individus issus de communautés souffrant des ravages causés par les bombes à sous-munitions. Partisans de leur interdiction, les Ban Advocates sont parvenus à influencer les discussions portant sur tous les thèmes majeurs abordés dans le cadre du processus d’Oslo. Avec le soutien de Handicap International, ils ont activement fait pression auprès des représentants gouvernementaux participant aux conférences.

« Mon nom est Raed Mokaled et je viens du Liban, où mon fils de 5 ans, Ahmad, a été tué par une sous-munition le 12 février 1999. Ahmad n’était pas un terroriste, ni un criminel: il n’était qu’un enfant qui voulait s’amuser et profiter de la vie.

Le jour de l’accident, ma femme, nos deux garçons et moi nous sommes rendus dans un parc public pour fêter l’anniversaire d’Ahmad. Une fois arrivés au parc, nous avons préparé la nourriture et un gâteau d’anniversaire avec cinq bougies pour Ahmad. Il est parti jouer et nous avons entendu une explosion. Ma femme s’est écriée « C’est mon fils! » car elle sentait qu’il lui était arrivé quelque chose, à lui et pas à un autre enfant. Je me suis précipité pour le trouver en sang, à cause des nombreuses blessures qui marquaient son corps. J’avais été bénévole à la Croix-Rouge libanaise mais, tout à coup, je n’arrivais plus à penser. J’ai oublié tout ce que j’avais appris. Nous nous sommes dépêchés de l’amener à l’hôpital dans ma voiture et il a été transféré en ambulance car son état était critique. Il a souffert durant quatre heures avant de s’éteindre.

Mon autre fils, Adam, a expliqué qu’il l’avait vu ramasser ce qui ressemblait à une bouteille de couleur vive, qui a explosé. Bien sûr, un objet aussi coloré ne peut qu’attirer un enfant. Je suis persuadé que personne, quelle que soit sa position politique, n’est capable de nous dire pourquoi mon fils a été tué par une sous-munition.

Si je raconte mon histoire à de plus en plus de monde, c’est parce que j’essaie de trouver un moyen d’interdire les bombes à sous-munitions dans le monde entier. C’est aux politiques qu’il incombe de protéger les droits de tous les enfants. Demain, lorsque les guerres auront pris fin, que les armées seront parties et que la paix règnera enfin, les sous-munitions non explosées resteront là, dangereux témoignage de la laideur de l’humanité. »

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?