Go to main content

Réapprendre les gestes du quotidien

Réadaptation
Haïti
Handicap International mène ses activités de santé en coordination avec le Gouvernement haïtien et d’autres acteurs - internationaux et nationaux – du secteur de la santé. Le personnel haïtien recruté compte principalement des professionnels de la réadaptation et des travailleurs communautaires. Depuis l’ouverture du centre début mars 2010 et jusqu’au 1er septembre 2011, 1 409 patients ont été enregistrés, dont 531 pour recevoir une prothèse de membre inférieur et 728 une orthèse . Près de 4 500 séances de rééducation ont eu lieu. 
photo d' Islène, amputée des deux bras réapprend les gestes du quotidien

Handicap International mène ses activités de santé en coordination avec le Gouvernement haïtien et d’autres acteurs - internationaux et nationaux – du secteur de la santé. Le personnel haïtien recruté compte principalement des professionnels de la réadaptation et des travailleurs communautaires. Depuis l’ouverture du centre début mars 2010 et jusqu’au 1er septembre 2011, 1 409 patients ont été enregistrés, dont 531 pour recevoir une prothèse de membre inférieur et 728 une orthèse . Près de 4 500 séances de rééducation ont eu lieu.

L’espace « activités de la vie quotidienne » (AVQ)

Animé par un kinésithérapeute ou un ergothérapeute, par une assistante elle-même amputée d’un bras (appareillée par Handicap International) et par un travailleur psychosocial, cet espace est situé à l’intérieur du centre de rééducation fonctionnelle de Port-au-Prince.

Il permet à toutes les personnes accueillies :

  • d’essayer les aides techniques à la vie quotidienne (à la cuisine, lessive, à l’écriture) ;
  • d’évaluer l’intérêt de ces aides techniques et de ne pas faire de « donation non réfléchie » ;
  • de s’entraîner à leur utilisation si nécessaire ;
  • d’évaluer et imaginer une adaptation spécifique de ces aides le cas échéant.

Cet espace accueille les patients appareillés d’un membre supérieur afin de les rendre autonomes le plus vite possible avec leur prothèse et d’éviter ainsi le rejet ou la sous utilisation de celle-ci. Dans le détail, ils se familiarisent avec la prothèse et la manière de l’entretenir ; ils s’entraînent au contrôle de la pince mécanique et le cas échéant au contrôle associé du coude mécanique, au dosage de la force ; ils sont confrontés à des mises en situation de vie quotidienne et aux activités nécessitant l’utilisation de la prothèse et du bras valide.

Les bénéficiaires peuvent ainsi se confronter aux activités de la vie quotidienne dans un contexte sécurisant, soutenu par des intervenants et sans avoir peur de l’échec face aux regards d’autrui. Plusieurs activités sont réalisées : exercices de cuisine, lavage et étendre du linge, faire la vaisselle, porter des objets, se déplacer, changer et nourrir un bébé, faire un lit, s’habiller…

L’espace AVQ favorise également la mise en place d’activités de médiation avec les équipes psychosociales, pour laisser émerger les angoisses et difficultés personnelles mais aussi l’échange de conseils et permettre la création de réseaux informels d’entraide et de soutien entre les bénéficiaires.

Cet espace peut enfin accueillir des personnes appareillées d’un membre inférieur chez qui il aura été détecté des difficultés d’autonomisation. Il vient alors en complément du parcours de marche.

Appareillage des membres inférieurs (depuis mars 2010)

Dans un premier temps, des prothèses temporaires d’urgence ont été fournies aux personnes amputées des membres inférieurs. Étape indispensable dans le processus d’appareillage, ces prothèses provisoires permettent de remettre très vite le patient en position debout, de le préparer à recevoir une prothèse définitive et de favoriser sa réinsertion rapide dans la société.

La production de prothèses définitives, plus longues à fabriquer mais plus esthétiques et plus durables, a débuté dès le mois d’avril 2010. Conçues pour durer entre trois et cinq ans pour un adulte, elles doivent être changées tous les six mois pour un enfant en pleine croissance.

Parcours sur le toit

Un parcours comprenant plusieurs terrains accidentés reproduisant la réalité des voies de circulation à Port-au-Prince a été réalisé sur le toit du centre de rééducation fonctionnelle. Il est destiné aux personnes déjà fortement autonomes avec leurs prothèses.

Atelier de danse

Fabienne Michel, amputée fémorale appareillée par Handicap International, était une danseuse de hip-hop et danse traditionnelle très connue en Haïti. Elle a constitué un atelier de danse pour les bénéficiaires. Depuis le mois de mai 2011, elle travaille à la création de quatre chorégraphies, accompagnée de deux percussionnistes. Les séances se déroulent dans le gymnase du centre de rééducation fonctionnelle, toutes les semaines depuis le mois de juin.
 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.