Accès direct au contenu

Six ans de guerre en Syrie : notre intervention

Urgence
Irak Jordanie Liban Syrie
Le conflit syrien, qui dure depuis six ans maintenant, laisse de graves cicatrices physiques et mentales chez des centaines de milliers de Syriens. Handicap International intervient depuis le début de la crise pour les soutenir. " Nous ne pouvons pas les abandonner ! "
Un patient allongé sur un matelas, jambes pliées. Un kinésithérapeute de Handicap International est à genou à ses pieds et le soutien pour un exercice

Le conflit syrien, qui dure depuis six ans maintenant, laisse de graves cicatrices physiques et mentales chez des centaines de milliers de Syriens. Handicap International intervient depuis le début de la crise pour les soutenir. " Nous ne pouvons pas les abandonner ! "

Le 15 mars 2011, la guerre éclatait en Syrie. Six ans plus tard, le bilan est effroyable. Plus de 300 000 Syriens ont trouvé la mort et plus d’un million ont été blessés. Près de 5 millions de personnes ont dû fuir le pays et 6,5 millions d’autres ont été déplacées dans le pays même, à la recherche d'un endroit plus sûr pour vivre. 13,5 millions de personnes ont actuellement besoin d’assistance humanitaire en Syrie.

Dès le début de la crise, Handicap International est intervenue dans la région afin d’apporter son assistance aux réfugiés syriens au Liban et en Jordanie et elle mène également des activités dans le pays depuis janvier 2013, avec le soutien de partenaires locaux.

Soigner les blessures visibles et invisibles

L’une des activités principales de l’association est la mise en place de services de réadaptation adaptés. Plusieurs dizaines de milliers de Syriens ont déjà bénéficié de sessions de kinésithérapie, d’appareillage en prothèses et orthèses, ou de donations d’aides à la mobilité (fauteuils roulants, déambulateurs, etc.), principaux services mis en place par Handicap International depuis le début de son intervention dans le pays.

L’association a aussi développé des activités de soutien psychologique dans le cadre de son assistance à la population syrienne. « Les personnes qui sont encore en Syrie ont vécu plus de cinq ans de guerre, une expérience hautement traumatisante », explique Mélanie Broquet, responsable du suivi et de la coordination des programmes en Syrie pour Handicap International. « Il est nécessaire qu’elles puissent en parler si elles en ressentent le besoin, et que l’on ne les laisse pas seules face à leur détresse. Leur bien-être psychologique est aussi important que leur santé physique dans un tel contexte. »

Protéger la population des restes de guerre

L’association s’emploie aussi à prévenir les blessures à travers des sessions d’éducation aux risques des mines et autres armes explosives. Le but de cette activité est de sensibiliser la population aux dangers et effets des armes conventionnelles, largement utilisées sur le territoire depuis le début du conflit en Syrie. En connaissant les dangers auxquelles elle est exposée, la population syrienne est davantage en mesure de s’en protéger. Plus de 300 000 Syriens ont bénéficié de ce genre de sessions, depuis le début de l’intervention de Handicap International dans le pays.

Afin d’étendre leur assistance à la population, Handicap International et ses partenaires locaux ont également mis en place des distributions ponctuelles de nourriture et d’objets de première nécéssité (tels que des couvertures, des matelas, des ustensiles de cuisine, etc.) pour les personnes les plus affectées par le conflit.

De plus, et pour s’assurer que personne ne soit oublié dans le cadre de cette réponse d’urgence, l’association mène des activités d’inclusion à travers la formation et le soutien d’autres acteurs. Objectif : que les personnes handicapées, âgées, ou encore très pauvres ne soient pas exclues de l’aide humanitaire.

Depuis 2012, l’association a apporté son assistance à plus de 900 000 personnes vulnérables dans la région.

> Découvrez des informations plus détaillées et des chiffres sur nos actions pour les victimes du conflit syrien.
> Stop aux bombardements de civils ! Signez notre pétition.

Pour aller plus loin

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nada Baghdadi, 27 ans, a une grave fracture à la jambe.

 

HI apporte une aide psychologique de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide psychologique de « premiers secours » à 500 personnes

L’explosion du 4 août à Beyrouth a traumatisé toute une population. En deux semaines, les équipes de HI ont apporté une aide psychologique d’urgence à près de 500 personnes.

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe
© HI
Santé Urgence

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe

 Zeina coordonne une équipe de 25 professionnels de l'urgence à Beyrouth. La situation est pire que ce qu'elle avait imaginé. Voici son récit.