Accès direct au contenu

Song Kosal du Cambodge

Mines et autres armes
Cambodge
Un après-midi, alors que Song Kosal avait six ans, sa vie a changé pour toujours. Elle travaillait avec sa mère dans la rizière, sur le territoire d’une commune calme non loin de la frontière thaïlandaise, lorsqu’elle a involontairement marché sur une mine antipersonnel, qui a explosé. Kosal a été grièvement blessée à la jambe droite. Il a fallu l’amputer.
Song Kosal du Cambodge
Survivante d’un accident de mine et témoin de la signature du Traité d’Ottawa en 1997.

Un après-midi, alors que Song Kosal avait six ans, sa vie a changé pour toujours. Elle travaillait avec sa mère dans la rizière, sur le territoire d’une commune calme non loin de la frontière thaïlandaise, lorsqu’elle a involontairement marché sur une mine antipersonnel, qui a explosé. Kosal a été grièvement blessée à la jambe droite. Il a fallu l’amputer.

Quand elle a eu 12 ans, Kosal a pris activement part à la Campagne cambodgienne pour l’interdiction des mines terrestres. Après avoir largement mené cette campagne au Cambodge, elle a pris la parole à l’étranger dans diverses assemblées. En 1997, elle a assisté à la signature du Traité d’interdiction des mines à Ottawa.
Kosal a porté son message en Espagne, en Australie, au Japon, au Canada, aux Nations Unies, en Thaïlande, aux Philippines, en Malaisie, au Mozambique, au Maroc, en Suisse, en France, et en Belgique Elle a rencontré des Chefs d’état et des dignitaires de par le monde, dont le Roi du Cambodge, la Reine d’Espagne, la Reine de Jordanie et le Secrétaire d’Etat des Etats-Unis.

En sa qualité de Jeune Ambassadrice de l’ICBL, Kosal a réussi à donner un visage aux nombreux enfants moins connus qui, dans le monde, ont survécu à des accidents causés par les mines. Elle continue à susciter la prise de conscience partout dans le monde tout en poursuivant des études supérieures à Phnom Penh, au Cambodge.

Pour aller plus loin

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"
© HI
Mines et autres armes

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"

L'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées au Yémen ont entraîné un retour en arrière. C'est l'une des constatations importantes du rapport « Condamnation à mort pour les civils : l'impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen » publié par Handicap International le vendredi 12 juin.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.