Goto main content

Soudan du Sud : «Aujourd'hui, je vais mieux»

Santé Urgence
Soudan du Sud
Soudan du Sud, des mois de conflit. Violences, fuites, pertes de proches : la situation ne laisse personne indemne. Handicap International aide les personnes déplacées à surmonter leurs traumatismes,
Un groupe de personne lors d'une séance de thérapie de groupe

Soudan du Sud, des mois de conflit. Violences, fuites, pertes de proches : la situation ne laisse personne indemne. Handicap International aide les personnes déplacées à surmonter leurs traumatismes,

Les combats déchirant le Soudan du Sud depuis 2013 ont provoqué de nombreux déplacements de populations. 1 100 000 Soudanais du Sud se sont dirigés vers l’intérieur du pays, et 434 000  se sont enfuis à l’étranger. Des relais 'handicap et vulnérabilité' (DVFP) ont été mis en place par Handicap International dans les camps de Juba (Juba3) et dans la région d’Awerial, afin de venir en aide à plus de 3691 personnes vulnérables : des personnes handicapées, âgées, des enfants, des femmes enceintes, ... Des équipes mobiles se rendent également dans les camps situés à proximité de la capitale.

Les conséquences psychologiques provoquées par cette situation de crise auprès des personnes déplacées à l’intérieur du pays sont nombreuses : état d’anxiété, stress, dépression. A Juba, Handicap International développe un projet de soutien psychosocial, permettant aux déplacés de réaliser des exercices en groupe et d’apprendre à surmonter leurs traumatismes.

Les victimes du conflit ont saisi cette occasion pour exprimer aussi leur colère et leurs frustrations face à cette situation. « Au début des ateliers, la majorité des participants étaient durs avec moi. Ils exprimaient des demandes qui dépassaient le mandat d’Handicap International.  Après deux mois de travail collectif, ils sont devenus plus agréables, et ont confirmé leur volonté de continuer à participer aux réunions. Ce projet contribue à réduire leur anxiété et à améliorer leur bien-être psychologique », explique la formatrice, Pamela Karemit.

Une des bénéficiaires le confirme : « Avant de participer à ce projet, j’étais hantée par le souvenir des cadavres. Je vivais dans l’angoisse et la peur. Aujourd’hui, je vais mieux, et je me sens en paix ».

Pour en savoir plus sur nos actions au Soudan du Sud, cliquez ici.

Pour aller plus loin

Ukraine 12-12 : 6 mois d'aide humanitaire Urgence

Ukraine 12-12 : 6 mois d'aide humanitaire

Les sept organisations qui composent le Consortium 12-12 ont publié un nouveau rapport sur leurs activités en Ukraine et dans les pays voisins.

Au Pakistan, la reconstruction peut commencer, mais pas partout
© HI
Urgence

Au Pakistan, la reconstruction peut commencer, mais pas partout

Pendant huit semaines, le Pakistan a été confronté à des pluies de mousson sans précédent. La pluie a commencé à tomber en juin et, à la mi-août, une zone neuf fois plus grande que la Belgique était sous les eaux. Le bilan humain est désastreux et il faudrait jusqu'à 31 milliards de dollars pour réparer les dégâts. La reconstruction peut commencer, mais pas dans toutes les provinces du pays.

« Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »
© V. de Viguerie / HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

« Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »

Gaëlle Smith, spécialiste de la réadaptation d’urgence chez Handicap International, s’est rendue en Ukraine il y a quelques mois pour soutenir les équipes locales sur le terrain. Elle témoigne de son expérience.