Accès direct au contenu

Un Ban Advocate apporte son témoignage sur la journée internationale contre les mines

“Je suis heureux!” C'est Umedjon, une victime de mines, qui prononce ces mots, dans un anglais hésitant mais avec de joyeuses étincelles dans le regard. Avant qu'il ne commence à avoir des contacts contact avec Handicap International, il y a trois ans environ, tout était différent. Aujourd'hui, il est en Belgique à l'occasion du vernissage des expositions photos “Mines terrestres - Armes traîtresses” et “Scars of War”, installées dans le parc du Cinquantenaire à Bruxelles. 

“Je suis heureux!” C'est Umedjon, une victime de mines, qui prononce ces mots, dans un anglais hésitant mais avec de joyeuses étincelles dans le regard. Avant qu'il ne commence à avoir des contacts contact avec Handicap International, il y a trois ans environ, tout était différent. Aujourd'hui, il est en Belgique à l'occasion du vernissage des expositions photos “Mines terrestres - Armes traîtresses” et “Scars of War”, installées dans le parc du Cinquantenaire à Bruxelles.

Umedjon Naimov habite au Tadjikistan. Il avait douze ans quand, après avoir joué au football, il s'est réveillé à l'hôpital. “Nous n'avions aucune idée du fait que nous étions en train de jouer dans une zone dangereuse. Nulle part on ne pouvait voir un quelconque écriteau disant que cette zone était interdite. La seule chose dont je me souviens, c'est une énorme explosion.”
“Plus personne ne voudra encore me parler, tout le monde va m'exclure. C'est la première chose qui m'est venue à l'esprit après avoir repris connaissance. Pendant un an, j'ai dû suivre un programme de réadaptation. J'ai encore présente à l'esprit la peine que je lisais dans les yeux de ma mère. Elle voyait que je souffrais. Elle doutait de mon avenir. Je me sens très proche de ma mère. Elle a fait l'impossible pour essayer de sauver ma jambe, mais ce fut peine perdue.”

Quand il avait quinze ans, Umedjon se bagarrait avec un élève de sa classe quand ce dernier a heurté sa jambe. La douleur fut insupportable et il échoua de nouveau à l'hôpital. Là, le médecin lui expliqua qu'il faudrait l’amputer. Il est passé deux fois sur la table d'opération. Au cours des trois années qui ont suivi, Umedjon est à peine allé à l'école : ou bien il était en revalidation, ou bien il n'avait pas le courage de s'y rendre.

“J'étais si fâché! Sur tout et sur tout le monde. Je me disputais continuellement avec mes parents. Du joyeux garçon que j'étais avant, il ne restait plus rien. Cela n'allait tout simplement plus. Jusqu'au moment où, en 2010, je suis devenu Ban Advocate et où j'ai commencé à me rendre compte que je pouvais malgré tout faire quelque chose de ma vie. »

Les « Ban Advocates », un groupé crée par Handicap International en 2007, sontdes victimes des mines et d’armes à sous-munitions qui revendiquent leurs droits et ceux des autres survivants. Au cours de conférences internationales ou d’évènement régionaux ou locaux, ils plaident devant les autorités afin que les conventions liées à ces armes soient correctement appliquées ; afin que les zones contaminées par des engins de guerre non explosés soient déminées et surtout pour que les victimes puissent bénéficier de services médicaux et psychologiques adaptés à leurs besoins. Handicap International a également organisé des ateliers de support psychosocial pour les Ban Advocates, afin puissent mieux vivre avec le traumatisme qu'ils ont subi. “Après avoir participé à un tel groupe de travail, j'ai pu beaucoup mieux parler avec ma mère, qui a elle-même été victime d'un accident de la circulation”, déclare Umedjon.

“J'ai bien parfois encore du mal”, poursuit Umedjon. “Surtout lorsque, en rue, je dois affronter le regard insistant des gens parce que je n'ai qu'une jambe.” Mais pourtant, son sourire ne disparaît pas de son visage. “Je suis dans ma dernière année d'informatique, je veux me perfectionner en anglais et me mettrai bientôt en quête d'un emploi. Vous pouvez être sûr que je regarde l'avenir avec beaucoup de confiance en moi.”
 

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.