Accès direct au contenu

«Une béquille et une chaise roulante, ça change tout ! »

Urgence
Irak Syrie
Sliwa s'est réfugié à Erbil avec sa famille. La ville n'est pas facile pour cet homme de 65 ans. Depuis quatre ans, il souffre d'arthrite au dos et aux genoux. Handicap International lui a donné une chaise roulante et une canne pour se déplacer.
Portrait de Sliwa assis, sa main repose sur la béquille donnée par Handicap International

Sliwa s'est réfugié à Erbil avec sa famille. La ville n'est pas facile pour cet homme de 65 ans. Depuis quatre ans, il souffre d'arthrite au dos et aux genoux. Handicap International lui a donné une chaise roulante et une canne pour se déplacer.

En août dernier, Sliwa, sa femme et ses quatre enfants, ont fui leur ville pour  trouver refuge à Erbil, d’abord dans une église et puis dans un centre commercial en construction.

Lorsqu’ils vivaient dans l’église, Sliwa et les siens recevaient de l’aide chaque jour, comme de la nourriture. Ils étaient hébergés dans une tente parmi d'autres familles, où il y avait peu de place pour l’intimité. Depuis quelques semaines, ils vivent dans un centre commercial en construction où des espaces pour chaque famille ont été créés à l’aide de panneaux préfabriqués.

Plus qu'une béquille ou une chaise roulante

Dans ce nouvel abri, la famille doit compter sur ses économies pour acheter de quoi se nourrir. Afin d’aider Sliwa à se déplacer, Handicap International lui a donné une canne et une chaise roulante. Cet ancien ouvrier peut à présent marcher plus facilement dans l’espace familial et au premier étage, où sa famille s’est vue offrir un abri.

Même en ayant plus d’intimité, les conditions de vie restent difficiles. En particulier pour Sliwa qui ne peut se rendre où il veut : « Nous sommes au premier étage et le seul moyen d’accéder à l’extérieur sont les escaliers. Je ne sors donc presque jamais du bâtiment. Par contre, grâce à ma canne, je peux me déplacer plus facilement dans notre abri. Et puis, avec ma chaise roulante, je vais tous les jours rendre visite à mes enfants et mes amis qui sont logés au même étage. Il va sans dire que cela rend le quotidien plus joyeux."

Pour en savoir plus

On dénombre aujourd’hui plus de 1 .8 million[1] d’Irakiens ayant fui les combats. Handicap International a lancé une réponse d’urgence en juin dernier dans les gouvernorats de Erbil, Dohuk et va étendre ses actions dans les prochaines semaines, pour venir en aide aux plus vulnérables d’entre eux, comme les personnes atteintes d’un handicap, âgées ou souffrant de maladies chroniques. Les équipes de l’association interviennent dans les camps, les quartiers et les lieux publics, tels que les immeubles en construction, les écoles et les églises.

[1] IOM, mise à jour du 03 octobre 2014

 

 

Pour aller plus loin

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nada Baghdadi, 27 ans, a une grave fracture à la jambe.

 

HI apporte une aide psychologique de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide psychologique de « premiers secours » à 500 personnes

L’explosion du 4 août à Beyrouth a traumatisé toute une population. En deux semaines, les équipes de HI ont apporté une aide psychologique d’urgence à près de 500 personnes.

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe
© HI
Santé Urgence

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe

 Zeina coordonne une équipe de 25 professionnels de l'urgence à Beyrouth. La situation est pire que ce qu'elle avait imaginé. Voici son récit.