Accès direct au contenu

Vers un nouvel Ottawa ?

Mines et autres armes
Genève. 17 novembre 2006. La conférence d'examen de la « Convention sur les Armes Conventionnelles » vient de s’achever. Bien que 30 Etats aient exprimé leur volonté d’interdire les armes à sous-munitions, d’autres Etats s’y sont opposés. La Norvège a alors pris la décision d’initier un processus en vue d’un nouveau traité d'interdiction sur les armes à sous-munitions. Un processus similaire à celui qui a conduit à l’interdiction des mines antipersonnel en 1997.
Genève. 17 novembre 2006. La conférence d'examen de la « Convention sur les Armes Conventionnelles » vient de s’achever. Bien que 30 Etats aient exprimé leur volonté d’interdire les armes à sous-munitions, d’autres Etats s’y sont opposés. La Norvège a alors pris la décision d’initier un processus en vue d’un nouveau traité d'interdiction sur les armes à sous-munitions. Un processus similaire à celui qui a conduit à l’interdiction des mines antipersonnel en 1997.



L'équipe de le Coalition contre les armes à sous-munitions à Genève
Le 02 novembre, Handicap International a publié «Fatal Footprint», un rapport qui dénonce le fait que 98% des victimes connues de sous-munitions sont des civils. Ces données précises et fiables ont achevé de convaincre 30 Etats de la nécessité de bannir ces armes.

Malheureusement, malgré leur volonté de commencer des négociations en ce sens, cette proposition a été rejetée par 8 pays dont la Chine, la Russie, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Les organisations militant contre les armes à sous-munitions ont donc appelé les Etats à réagir.

Après cinq ans de discussions, et alors que des civils continuent d’être quotidiennement tués et blessés par les sous-munitions, les Etats ont échoué à entamer des négociations en vue d’un nouveau traité interdisant les sous-munitions. Nous demandons à tous les Etats soucieux de protéger les civils de travailler de façon urgente à un nouveau traité, comme ils l’ont fait pour les mines antipersonnel, demandait Stan Brabant, Responsable de l’Unité politique de Handicap International.

Cet appel, similaire à celui de nombreuses autres organisations, semble avoir été entendu. Handicap International salue aujourd’hui la décision de la Norvège d’initier un processus en vue d’un nouveau traité pour interdire les armes à sous-munitions sur le plan international.

 
Pendant les deux semaines de la Conférence de Révision, 30 pays, dont la Belgique, ont exprimé leur soutien à des négociations internationales sur les armes à sous-munitions. D’autres Etats, y compris d’Afrique, d’Asie et du Moyen Orient, ont indiqué qu’ils seront bientôt prêts à appuyer officiellement des négociations.

Les sous-munitions mettent les civils en danger car elles éparpillent les munitions sur une très grande surface, garantissant ainsi des pertes civiles quand elles sont larguées sur des zones habitées. De plus, les sous-munitions laissent un grand nombre d’engins non explosés qui deviennent de facto des mines antipersonnel, tuant ou estropiant les gens longtemps après la fin du conflit.

Plus d'informations sur le rapport "Fatal Footprint"
Téléchargez ici "Fatal Footprint" en anglais

Pour aller plus loin

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"
© HI
Mines et autres armes

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"

L'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées au Yémen ont entraîné un retour en arrière. C'est l'une des constatations importantes du rapport « Condamnation à mort pour les civils : l'impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen » publié par Handicap International le vendredi 12 juin.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.