Go to main content

Vietnam: un calin et une attelle

Réadaptation Santé
Vietnam
Dans la salle d'accouchement de l'hôpital de Khanh Hoa, Hië'n, une jeune femme de 32 ans, reprend son souffle. Hië'n va accoucher de son deuxième enfant. Pas de trace de son mari. Les femmes vietnamiennes accouchent seules, la plupart du temps. La transpiration coule du front de Hiê'n, mais elle ne pousse pas le moindre gémissement. A peine un quart d'heure plus tard, elle met au monde une petite fille. 
Baby Vo est né avec un pied bot

Dans la salle d'accouchement étouffante de l'hôpital de Khanh Hoa, Hiê'n, une jeune femme de 32 ans, reprend son souffle. Hiê'n va accoucher de son deuxième enfant. Pas de trace de son mari. Les femmes vietnamiennes accouchent seules, la plupart du temps. La transpiration coule du front de Hiê'n, mais elle ne pousse pas le moindre gémissement. A peine un quart d'heure plus tard, elle met au monde une petite fille.

Pendant qu'un médecin prodigue ses soins à la maman, la sage-femme emporte le bébé pour le laver, le mesurer et le peser. Elle écrit au marqueur bleu le nom de la maman sur le front de la petite. Ici, il est courant de ne pas donner de nom à l'enfant avant un mois.

Hiê'n serre sa petite fille un moment dans ses bras avant que la sage-femme ne parte avec le bébé pour une série d'examens. Elle examine la tête et place les petites jambes et les pieds minuscules l'un contre l'autre. Seul un oeil entraîné peut voir que cette mignonne petite fille, en apparence parfaite est née avec une malformation. Les muscles de son cou sont raides et elle a un pied bot. Les sages-femmes et les médecins de l'hôpital ont reçu une formation de Handicap International pour identifier les handicaps. il est extrêmement important que ce type de handicap soit pris en charge le plus vite possible pour prévenir de graves malformations.

Quelques heures à peine après sa naissance, le bébé va recevoir un traitement de kinésithérapie. Sans ce traitement, la petite fille ne pourrait pas marcher normalement et ne pourrait pas tenir sa tête correctement.

Quand le responsable du projet "Welcome to Life" de Handicap International appelle Hiê'n, quelques semaines plus tard, elle explique que tout va bien pour la petite. Le bébé a reçu le prénom de Vo et a un moins et vingt jours. Pendant trois semaines, Vo est allée chaque jour au service de réadaptation physique pour de la kiné. Et pour redresser son pied, elle a reçu une attelle de Handicap international. Vo doit encore aller à l'hôpital pour un contrôle mais sa maman est très heureuse. On ne remarque quasiment plus le pied bot de sa fille. 

Regardez notre reportage photo

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.