Go to main content

Vietnamiens et Belges échangent leurs expériences

Réadaptation
Vietnam
Le 22 juin dernier, trois médecins vietnamiens, un stagiaire et le directeur de l’hôpital de réadaptation de la province de Thanh Hoa ont effectué une visite dans les locaux de Handicap International à Bruxelles. Au même moment, une délégation belge faisait le voyage pour rencontrer Handicap International au Vietnam.
Les médecins vietnamiens dans les bureaux de Handicap International in Brussel.

Le 22 juin dernier, trois médecins vietnamiens, un stagiaire et le directeur de l’hôpital de réadaptation de la province de Thanh Hoa ont effectué une visite dans les locaux de Handicap International à Bruxelles. Au même moment, une délégation belge faisait le voyage pour rencontrer Handicap International au Vietnam.

En 2011, l’hôpital de Thanh Hoa a démarré un nouveau projet pour les patients plus âgés souffrant de lésions de la moelle épinière. « Nous voulons connaître les nouvelles techniques médicales et les appareils utilisés en Belgique” explique le docteur Xuán, directeur de l’hôpital. Dans notre programme, nous avons également la visite de centres de revalidation, comme celui de l’hôpital Brugmann à Bruxelles.

« Grâce à notre collaboration avec Handicap International, l’hôpital de réadaptation de Thanh Hoa dispose d’un département pour les patients souffrant de lésions de la moelle épinière » explique le docteur Cam Ba Thuc. L’organisation prend en charge la formation du personnel et fournit le matériel adapté. « Les cours ne sont pas tous consacrés à des sujets purement médicaux. Les formations sur le travail d’équipe étaient aussi très intéressantes et ont complètement transformé notre façon de travailler » ajoute le médecin.

En même temps que la visite des médecins vietnamiens en Europe, une délégation belge est partie au Vietnam, composée du responsable du Bureau de la coopération au développement de l’ambassade de Belgique, du directeur général de l’agence belge du développement à Bruxelles, du directeur général de la Coopération au développement et d’un parlementaire.
La délégation belge a rencontré entre autres le professeur Wyndaele, un urologue réputé qui depuis huit ans se rend régulièrement au Vietnam pour former des médecins et le personnel infirmier. Il a appris à connaître le travail de Handicap International à l’hôpital Bach Mai. « Au Vietnam, nous avons réussi à intégrer nos projets en faveur des patients souffrant de lésions médullaires dans la politique de santé nationale » explique Eric Weerts, spécialiste en réadaptation pour Handicap International au Vietnam. « La délégation a apprécié cette approche durable » conclut-il.

Handicap International mène des projets au Vietnam depuis 1991. L’organisation a notamment développé, en collaboration avec le ministère de la Santé, un réseau pour le traitement des patients para- et tétraplégiques suite à une lésion de la moelle épinière. Sur base de son expérience dans le sud du pays, Handicap International a développé un programme national pour étendre l’offre de soin dans tout le pays.
 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.