Accès direct au contenu

Agir à Gaza : toujours une nécessité

Urgence
Le cessez-le-feu permanent en vigueur depuis le 26 août 2014 permet aux organisations humanitaires d'intervenir plus massivement auprès des populations touchées. Handicap International intensifie ses effort pour aider ces personnes. 
Un homme amputé du bras reçoit des soins d'un collaborateur de Handicap International.

Le cessez-le-feu permanent en vigueur depuis le 26 août 2014 permet aux organisations humanitaires d'intervenir plus massivement auprès des populations touchées. Handicap International intensifie ses effort pour aider ces personnes. 

Les combats qui ont frappé la bande de Gaza durant les mois de juillet et août 2014 ont entraîné un effondrement de la situation humanitaire. Les conséquences des combats sont lourdes, comme le montrent les chiffres :

  • Les Nations unies ont recensé 2 173 morts [1]. Parmi ces victimes se trouveraient une grande majorité de civils. Toujours selon les Nations unies : 1 462 du côté palestinien et 5 du côté israélien (4 Israéliens et un étranger).
  • Dans la bande de Gaza, plus de 11 000 personnes ont été blessées.
  • Plus de 18 000 habitations ont été détruites, 220 écoles et 58 hôpitaux et centres de santé ont été détruits ou endommagés.
  • Plus de 72 000 armes et munitions ont été utilisées lors de ce conflit et un travail considérable devra être effectué pour limiter les accidents liés à la présence de restes explosifs de guerre.

Le cessez-le-feu permanent a permis à Handicap International d'intensifier ses actions. Mais le blocus de la Bande de Gaza constitue toujours un frein pour l'ensemble de l'aide internationale.

Nos actions d'urgence

Equipes mobiles pour la prise en compte des besoins des personnes vulnérables

10 équipes mobiles et 5 fixes [2] ont été mobilisées pour couvrir les 5 gouvernorats de la bande de Gaza. Ces équipes, supervisées par Handicap International,  sont composées du personnel travaillant pour les partenaires de notre association dans la bande de Gaza. Elles sont composées de kinésithérapeutes, d’ergothérapeutes, d’infirmiers, de travailleurs sociaux et de psychologues.
Ces équipes ont identifié près de 4 000 personnes en situation de vulnérabilité par ce qu’elles ont été blessées ou parce qu’elles vivent avec un handicap et qu’elles ont du se déplacer pour fuir les combats. En réponse, Handicap International a mis en place les opérations suivantes :

  • Distributions de 1 465 aides à la mobilité, articles spécifiques [3], ou kits de soin pour éviter une que les blessures ne s’infectent
  • Organisation de 8 920 séances avec des kinésithérapeutes, des ergothérapeutes, ou des infirmiers
  • Organisation de 1 805 séances de soutien psychosocial (en groupe ou en séance individuelle). Dans le cadre de cette activité, les équipes de Handicap International portent une attention particulière au soutien dont ont besoin les enfants exposés à des événements et des situations difficiles.

Renforcer les capacités des professionnels de la réadaptation à Gaza

Handicap International travaille avec des spécialistes de la réadaptation - dans le cadre du projet UKIETR (United Kingdom International Emergency Trauma Register) - pour renforcer les capacités de l’ensemble des professionnels de la santé à Gaza (structures de santé et organisations locales, organisations de solidarité internationales).

Ce projet permet à la fois de répondre aux besoins des populations blessées lors des combats des derniers mois, mais également de renforcer durablement le secteur de la réadaptation.

Inclusion des personnes en situation de handicap dans la réponse d’urgence

Afin de garantir la prise en compte des personnes particulièrement vulnérables, en particulier des personnes en situation de handicap, dans la réponse humanitaire actuellement déployée, Handicap International offre un appui technique à l’ensemble des acteurs présents. Lors des réunions de coordination, des spécialistes de l’inclusion veillent à ce que les opérations mises en place tiennent compte des difficultés de certaines personnes pour accéder à l’aide humanitaire, ainsi que de leurs besoins spécifiques.

Evaluations des risques liés à la présence de restes explosifs de guerre

Handicap International souhaite également participer aux efforts nécessaires pour limiter au maximum les accidents liés à la présence de restes explosifs de guerre qui menacent les populations civiles qui réinvestissent progressivement les zones où se sont déroulés les combats. Un spécialiste en déminage est présent à Gaza pour évaluer les besoins et définir la forme que prendra l’intervention de Handicap International. 

[1] OCHA, situation report (as of 4 September 2014).
[2] Cinq points relais handicap et vulnérabilité ont été établis dans les locaux de nos organisations partenaires.t.
[3] Notamment 1 000 lots de couches pour adultes.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».