Accès direct au contenu

Agir à Gaza : toujours une nécessité

Urgence
Le cessez-le-feu permanent en vigueur depuis le 26 août 2014 permet aux organisations humanitaires d'intervenir plus massivement auprès des populations touchées. Handicap International intensifie ses effort pour aider ces personnes. 
Un homme amputé du bras reçoit des soins d'un collaborateur de Handicap International.

Le cessez-le-feu permanent en vigueur depuis le 26 août 2014 permet aux organisations humanitaires d'intervenir plus massivement auprès des populations touchées. Handicap International intensifie ses effort pour aider ces personnes. 

Les combats qui ont frappé la bande de Gaza durant les mois de juillet et août 2014 ont entraîné un effondrement de la situation humanitaire. Les conséquences des combats sont lourdes, comme le montrent les chiffres :

  • Les Nations unies ont recensé 2 173 morts [1]. Parmi ces victimes se trouveraient une grande majorité de civils. Toujours selon les Nations unies : 1 462 du côté palestinien et 5 du côté israélien (4 Israéliens et un étranger).
  • Dans la bande de Gaza, plus de 11 000 personnes ont été blessées.
  • Plus de 18 000 habitations ont été détruites, 220 écoles et 58 hôpitaux et centres de santé ont été détruits ou endommagés.
  • Plus de 72 000 armes et munitions ont été utilisées lors de ce conflit et un travail considérable devra être effectué pour limiter les accidents liés à la présence de restes explosifs de guerre.

Le cessez-le-feu permanent a permis à Handicap International d'intensifier ses actions. Mais le blocus de la Bande de Gaza constitue toujours un frein pour l'ensemble de l'aide internationale.

Nos actions d'urgence

Equipes mobiles pour la prise en compte des besoins des personnes vulnérables

10 équipes mobiles et 5 fixes [2] ont été mobilisées pour couvrir les 5 gouvernorats de la bande de Gaza. Ces équipes, supervisées par Handicap International,  sont composées du personnel travaillant pour les partenaires de notre association dans la bande de Gaza. Elles sont composées de kinésithérapeutes, d’ergothérapeutes, d’infirmiers, de travailleurs sociaux et de psychologues.
Ces équipes ont identifié près de 4 000 personnes en situation de vulnérabilité par ce qu’elles ont été blessées ou parce qu’elles vivent avec un handicap et qu’elles ont du se déplacer pour fuir les combats. En réponse, Handicap International a mis en place les opérations suivantes :

  • Distributions de 1 465 aides à la mobilité, articles spécifiques [3], ou kits de soin pour éviter une que les blessures ne s’infectent
  • Organisation de 8 920 séances avec des kinésithérapeutes, des ergothérapeutes, ou des infirmiers
  • Organisation de 1 805 séances de soutien psychosocial (en groupe ou en séance individuelle). Dans le cadre de cette activité, les équipes de Handicap International portent une attention particulière au soutien dont ont besoin les enfants exposés à des événements et des situations difficiles.

Renforcer les capacités des professionnels de la réadaptation à Gaza

Handicap International travaille avec des spécialistes de la réadaptation - dans le cadre du projet UKIETR (United Kingdom International Emergency Trauma Register) - pour renforcer les capacités de l’ensemble des professionnels de la santé à Gaza (structures de santé et organisations locales, organisations de solidarité internationales).

Ce projet permet à la fois de répondre aux besoins des populations blessées lors des combats des derniers mois, mais également de renforcer durablement le secteur de la réadaptation.

Inclusion des personnes en situation de handicap dans la réponse d’urgence

Afin de garantir la prise en compte des personnes particulièrement vulnérables, en particulier des personnes en situation de handicap, dans la réponse humanitaire actuellement déployée, Handicap International offre un appui technique à l’ensemble des acteurs présents. Lors des réunions de coordination, des spécialistes de l’inclusion veillent à ce que les opérations mises en place tiennent compte des difficultés de certaines personnes pour accéder à l’aide humanitaire, ainsi que de leurs besoins spécifiques.

Evaluations des risques liés à la présence de restes explosifs de guerre

Handicap International souhaite également participer aux efforts nécessaires pour limiter au maximum les accidents liés à la présence de restes explosifs de guerre qui menacent les populations civiles qui réinvestissent progressivement les zones où se sont déroulés les combats. Un spécialiste en déminage est présent à Gaza pour évaluer les besoins et définir la forme que prendra l’intervention de Handicap International. 

[1] OCHA, situation report (as of 4 September 2014).
[2] Cinq points relais handicap et vulnérabilité ont été établis dans les locaux de nos organisations partenaires.t.
[3] Notamment 1 000 lots de couches pour adultes.

Pour aller plus loin

Haïti: l'intervention de HI suite au séisme, dix ans après
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

Haïti: l'intervention de HI suite au séisme, dix ans après

Haïti n’a pas été épargnée au cours de ces 10 dernières années. À un tremblement de terre dévastateur, suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse encore le pays aujourd’hui. En 2010, HI a déployé en Haïti l’une de ses plus grandes interventions d’aide humanitaire. Elle apporte encore aujourd’hui une contribution majeure au renforcement du réseau local de réadaptation physique.   

 

HI soutient les victimes de la guerre
© HI
Réadaptation Urgence

HI soutient les victimes de la guerre

Après un bombardement au Nord du Yémen, Abdulrahmam a eu le bras droit fracturé avec des lésions vasculaires qui ont entraîné une gangrène. Il a dû être amputé. HI est à ses côtés.

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï
© John Wessels/HI
Urgence

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï

Pendant deux ans, les équipes de Handicap International (H.I.) ont distribué une aide alimentaire à la population du Kasaï, en République démocratique du Congo. Entre le 1er août 2017 e le 31 août 2019, H.I a donné des rations comprenant deux sacs de farine de maïs (27 kg/sac), un sac de haricots, une boîte d'huile et un sac de sel à 92 549 personnes à Demba et Dimbelenge, deux régions de la province du Kasaï.