Accès direct au contenu

Cuba: Témoignage de Oreste et Elsa

Insertion
Cuba
Oreste, 11 ans, s’avance à l’entrée de sa maison, un peu intimidé par le monde qui lui rend visite ce matin-là. Puis un large sourire fend son visage quand il reconnaît Elsa. Elsa est « activiste » et vient lui rendre visite plusieurs fois par semaine depuis presque deux ans maintenant. « Il avait 9 ans et au début, il était très renfermé. Maintenant, il est beaucoup plus ouvert, plus sociable. »
Témoignage de Oreste et Elsa

Oreste, 11 ans, s’avance à l’entrée de sa maison, un peu intimidé par le monde qui lui rend visite ce matin-là. Puis un large sourire fend son visage quand il reconnaît Elsa. Elsa est « activiste » et vient lui rendre visite plusieurs fois par semaine depuis presque deux ans maintenant. « Il avait 9 ans et au début, il était très renfermé. Maintenant, il est beaucoup plus ouvert, plus sociable. »

«Oreste a eu une infection deux joursaprès sa naissance, ajoute sa maman. Son système nerveux a été touché. Ons‘est rendu compte qu’il ne parvenait pasà tenir la tête droite. Jusqu’à un an, il devaitvoir le médecin tous les 15 jours. Ila aussi dû faire de la kiné et il a commencéà marcher vers 3 ans. C’était difficile pour moi, je voyais seulement ce que mon fils ne pouvait pas faire. A l’école, c’était très dur. Je devais rester à côté d'Oreste pendant la classe, il avait besoin de bouger tout le temps. On peut dire que j’ai refait ma préscolaire! Et puis finalement, on a décidé qu'il resterait à la maison. Une institutrice venait deux jours par semaine. Au début, il ne voulait pas la voir. Et maintenant, ça se passe bien. Il a commencé à faire des progrès quand les activistes sont arrivées. »

Elsa poursuit : « J'ai travaillé à partir d'activités qu'il aimait bien. Il adore s'occuper des poules et des pigeons. Et puis,on joue beaucoup aussi. Avec des dominos par exemple. Ca l'aide à fixer son attention,à mieux manipuler les objets.Maintenant il parvient à s'habiller seul età fixer ses lacets. Bon, ce n'est pas encore un noeud à boucles, mais ses chaussures tiennent et c'est l'important. Maintenant qu’Oreste a beaucoup changé, il pour raitaller dans l’enseignement spécialisé et retournerà l’école avec d’autres enfants

Délaissant ses dominos, le petit garçonvient s’asseoir sur les genoux de sa maman, installée sur le fauteuil à basculesous le patio. Elle le serre contre lui :« Lui et moi, on est unispour un bien. Il est ma forceet je suis la sienne ! » reçu des matelas, des draps, des biensde première nécessité. Nous avons aussihabité un logement temporaire en attendantque notre maison soit reconstruite.»Handicap International a participé à la reconstruction de 850 maisons en veillant particulièrement à fournir des toits solides et mieux adaptés aux conditions climatiques,dans la province de Pinar del Riomais aussi dans la province de Holguin,également touchée lors du passage d’Ike.

Pour aller plus loin

Inclusion et travaux de génie civil, c’est possible
HI
Insertion

Inclusion et travaux de génie civil, c’est possible

La Vie est un congolais de 18 ans atteint de nanisme. Il a récemment rejoins notre équipe d'intervention EMIR et contribue aux travaux d'infrastructure sur l'axe de circulation de Mpeti-Pinga.

Le Covid-19 à travers le regard d’expatriés belges
© HI
Santé

Le Covid-19 à travers le regard d’expatriés belges

Comment se portent les autres pays pendant la crise de Coronavirus ? Nous avons posé la question à trois de nos employés belges à l'étranger : Virna Marchesin, responsable de nos actions à Cuba, Martin Jacobs, expert en réhabilitation technique au Vietnam, et Youri Francx, coordinateur de nos opérations en Ouganda.*

Pour la scolarisation de tous les enfants handicapés
© J. Mc Geown / HI
Insertion

Pour la scolarisation de tous les enfants handicapés

Le Rapport mondial sur l’éducation a été publié le 23 juin. Edité par l’UNESCO, il fait le point sur les progrès de l’éducation dans le monde et se concentre, cette année, sur l’inclusion de tous enfants dans le système scolaire, notamment des enfants handicapés. Julia McGeown, référente éducation inclusive de Handicap International, explique les points principaux de ce rapport.