Go to main content

Deux grands défis pour l'aide au Népal

Urgence
Népal
Accompagner les blessés après leur sortie de l’hôpital et acheminer l’aide jusqu’aux populations isolées, deux défis majeurs pour les équipes de Handicap International.
Een lange rij mensen schuift aan om bij een vrachtwagen te geraken van waaruit noodhulpkits worden verdeeld.

Accompagner les blessés après leur sortie de l’hôpital et acheminer l’aide jusqu’aux populations isolées, deux défis majeurs pour les équipes de Handicap International.

Après les séismes du 25 avril et du 12 mai au Népal, nous avons renforcé les équipes sur place, qui comptent aujourd'hui 85 Népalais et 17 expatriés. Voici un aperçu de nos actions pour soutenir les survivants des tremblements de terre.

  • Nos équipes de kinésithérapeutes sont toujours mobilisées dans les hôpitaux de Katmandou et de Bidur / Trisuli. Le nombre de blessés du tremblement de terre et des différentes répliques se stabilise en ce moment autour de 17 000.
     
  • La distribution des 1500 kits de première nécessité se poursuit. 750 kits ont déjà été distribués dans le district de Nuwakot. La mousson n’a toujours pas commencé et nos équipes en profitent pour distribuer un maximum de matériel (notamment des tentes de haute qualité, capable de maintenir un minimum de confort pour les familles même en période d’intempérie) avant les premières pluies. Ces distributions vont maintenant se concentrer sur le district de Rassuwa, qui deviendra très difficile d’accès lorsque la mousson aura commencé.
     
  • Depuis le 12 mai, Handicap International assure (en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial – PAM) la gestion de l’un des deux centres de stockages de l’aide humanitaire à Katmandou (à Banepa précisément). Un espace de stockage a également été mis en place à Bidur et un autre sera déployé à Dhunche d’ici la fin de semaine. Des stocks mobiles (tentes d’entreposage de marchandises) et un système d’acheminement de l’aide depuis les stocks avancés vers les communautés devraient être mis en place dans les prochaines semaines.   
     
  • Un point-relais fixe pour les personnes handicapées et vulnérables  (DVFP - Disability and Vulnerability Focal Point) a été installé à côté de l’hôpital BIR à Katmandou. Il permet de suivre les personnes qui ont dû quitter l'hôpital, tant pour couvrir leurs besoins en réadaptation que leurs besoins de base. Quatre équipes mobiles travaillent déjà sur la vallée de Katmandou et une équipe supplémentaire a été déployée à Dhulikhel (Districts de Kavre / Palenche). D’autres points fixes vont être mis en place dans les prochains jours.
     
  • Le séisme ainsi que les répliques de forte intensité mettent les populations à rude épreuve. Handicap International va mettre en place des activités d’accompagnement psychosocial à destination des blessés mais aussi des personnes qui, sans avoir été blessées physiquement, sont exposées à d’importants risques de traumatismes ou de stress causés par la catastrophe, la perte d'un proche, de leur maison, ...

Pour aller plus loin

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï
© John Wessels/HI
Urgence

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï

Pendant deux ans, les équipes de Handicap International (H.I.) ont distribué une aide alimentaire à la population du Kasaï, en République démocratique du Congo. Entre le 1er août 2017 e le 31 août 2019, H.I a donné des rations comprenant deux sacs de farine de maïs (27 kg/sac), un sac de haricots, une boîte d'huile et un sac de sel à 92 549 personnes à Demba et Dimbelenge, deux régions de la province du Kasaï.

Handicap International aide les familles qui fuient le Vénézuela
© HI
Urgence

Handicap International aide les familles qui fuient le Vénézuela

La Colombie accueille plus d’un million de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.

Irak : «Au fond de moi, je savais» Réadaptation Urgence

Irak : «Au fond de moi, je savais»

Abdel Rahman a été victime d’un bombardement à Mossoul. Désormais amputé d’une jambe, il vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Hasansham. Handicap International (HI) l’accompagne.