Accès direct au contenu

Ebola : mettre fin à l'épidémie

Prévention Santé Urgence
Libéria Sierra Leone
Dix mois après la détection de premiers cas de virus Ebola en Afrique de l'Ouest, l'épidémie montre enfin des signes de ralentissement. Comme toutes les associations humanitairres présentes dans la région, Handicap International s'est engagée dans la lutte contre cette maladie. Le point sur nos actions en Sierra Leone.
un homme désinfecte dans un grand seau des bottes de l'équipe de décontamination. Un panneau "dange Ebola" est à l'avant-planr

Les premiers cas de virus Ebola ont été constatés en mars 2014 à la frontière entre la Sierra Leone, le Liberia et la Guinée. 99% des 21 296 cas enregistrés l’ont été dans ces trois pays. Aujourd’hui la Sierra Leone est le pays le plus touché avec toujours près de cent cas enregistrés chaque semaine, essentiellement dans la capitale Freetown. Si les moyens ont d’abord cruellement manqués, la mobilisation de centaines d’organisations, nationales et internationales, coordonnées par les gouvernements des pays touchés permet aujourd’hui d’apporter une réponse à la mesure de la catastrophe.

Au mois de janvier 2015, l’Organisation mondiale de la Santé a commencé à transmettre des informations faisant état d’une baisse significative du nombre de cas, au Libéria et en Guinée dans un premier temps, et aujourd’hui également en Sierra Leone. Les taux de mortalité de personnes contaminées restent eux très élevés (en moyenne supérieurs à 50%) et les risques de voir l’épidémie repartir à la hausse existent toujours.

Les mesures drastiques pour contrôler l’épidémie restent pour l’instant majoritairement en vigueur afin d’éviter l’apparition de nouveaux foyers. Cependant les écoles ont été rouvertes en Guinée au mois de janvier, elles devraient rouvrir au Libéria au mois de février et en Sierra Léone au mois de mars.

Mais nos équipes restent vigilantes et continuent de lutter contre le virus. Le point sur nos actions en Sierra Leone.

Plateforme d'ambulances

Afin de garantir que les personnes atteintes (ou suspectées d’être atteintes) par le virus Ebola soient conduites le plus rapidement possible vers les centres de traitement, Handicap International assure le fonctionnement d’une plateforme de 30 ambulances, réparties sur deux sites, à Hastings et au centre de Freetown, la capitale.

Ces ambulances et leur personnel suivent un protocole très strict de décontamination pour éviter que le virus ne se propage. Des équipes munies de pulvérisateurs accompagnent également chaque intervention pour traiter les pièces où sont restées les personnes malades et éviter ainsi les risques de contamination de leur entourage.

Au total, l’ensemble du personnel - à bord des ambulances, sur les motos de décontamination et sur les sites (logistique et décontamination des véhicules) – représente près de 200 personnes. Lancé au mois de décembre, ce projet a permis de transporter 1400 patients[1] à un rythme moyen de 40 interventions par jour. Avec la baisse du nombre de nouveaux cas, ces interventions sont aujourd’hui moins nombreuses (entre 10 et 20 par jour).

Sensibilisation des personnes isolées ou à risque

Handicap International mène actuellement une campagne de sensibilisation à destination de publics avec des besoins spécifiques. Les messages de sensibilisation sont adaptés pour pouvoir être bien assimilés par des personnes sourdes et malentendantes par exemple, mais également les enfants, les travailleurs du sexe…

L’objectif de cette campagne est de permettre un égal accès de tous à un niveau d’information suffisant pour éviter toute reprise de l’épidémie. Elle est menée sur l’ensemble des quatorze districts de la Sierra Leone.

L'épidémie en quelques chiffres

  • Personnes contaminées depuis mars 204 : 21 296
  • Au Sierra Leone : 10 124
  • Au Libéria : 8331
  • En Guinée : 2806
  • Nombre de décès liés au virus Ebola : 8429

Pour en savoir plus, lisez l'interview de Bruno Leclercq, directeur de programme au Sierra Leone et au Liberia.

[1] au 18 janvier 2015

 

Pour aller plus loin

Le Covid-19 à travers le regard d’expatriés belges
© HI
Santé

Le Covid-19 à travers le regard d’expatriés belges

Comment se portent les autres pays pendant la crise de Coronavirus ? Nous avons posé la question à trois de nos employés belges à l'étranger : Virna Marchesin, responsable de nos actions à Cuba, Martin Jacobs, expert en réhabilitation technique au Vietnam, et Youri Francx, coordinateur de nos opérations en Ouganda.*

Journée mondiale des réfugiés : les réfugiés handicapés davantage victimes de la violence et du rejet
Copyright HI
Urgence

Journée mondiale des réfugiés : les réfugiés handicapés davantage victimes de la violence et du rejet

À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, Handicap International sort son nouveau rapport « COVID-19 dans le contexte humanitaire : pas d'excuses pour ne laisser personnes de côté » afin d’attirer l’attention sur les difficultées recontrées par les réfugiés et déplacés handicapés suite à la crise.

B-SAFE, une réponse globale à la crise du COVID-19
© Handicap International
Urgence

B-SAFE, une réponse globale à la crise du COVID-19

Là-bas comme ici, la crise COVID-19 touche les plus vulnérables et aggrave les situations déjà problématiques. Pour répondre à cette crise et aux besoins des plus vulnérables Handicap International a mis en place une réponse globale, B-SAFE.