Accès direct au contenu

Famine : un expatrié d’Handicap International témoigne

Urgence
"Chaque jour, environ 1300 réfugiés somaliens totalement épuisés parviennent au camp de Dadaab. Souvent, ils ont parcouru 300 ou 400 km sous le soleil. Beaucoup d'enfants handicapés sont transportées en brouette." Bernard Franck, un kinésithérapeute belge travaillant pour Handicap International, voit chaque jour les besoins augmenter à la frontière entre le Kenya et la Somalie. 
Une maman et son fils de 15 ans, infirme moteur cérébral.

"Chaque jour, environ 1300 réfugiés somaliens totalement épuisés parviennent au camp de Dadaab. Souvent, ils ont parcouru 300 ou 400 km sous le soleil. Beaucoup d'enfants handicapés sont transportées en brouette." Bernard Franck, un kinésithérapeute belge travaillant pour Handicap International, voit chaque jour les besoins augmenter à la frontière entre le Kenya et la Somalie.

 Depuis quelques jours, les agences humanitaires présentes dans la Corne de l’Afrique tirent la sonnette d’alarme : une famine – la pire depuis1991 – cause des ravages dans la région. La Somalie est le pays le plus gravement touché, mais la famine se fait sentir également au Kenya, en Ethiopie, à Djibouti, au Soudan et en Ouganda.

Handicap International intervient depuis 1997 dans les camps qui entourent le petit village de Dadaab, au Kenya. L’organisation vient directement en aide aux personnes handicapées et sensibilise d'autres agences pour assurer l’accessibilité des services de base (accès à l’eau, à l’hygiène,…). Depuis de nombreuses années, des Somaliens viennent y trouver refuge, fuyant un pays livré au chaos. Bernard Franck travaille depuis août 2009 comme coordinateur technique en réadaptation pour le programme Kenya/Somaliland. Il apporte également un appui ponctuel dans le domaine de la réadaptation en Ethiopie et au Sud-Soudan. Il vient de rentrer en Europe pour quelques jours, avant de repartir au Kenya à la fin du mois d’août. Il explique ce à quoi sont confrontées les équipes de Handicap International présentes sur place.

« Durant les huit derniers mois, depuis octobre 2010, nous avons constaté un afflux de réfugiés qui fuient le conflit en Somalie et viennent s’installer dans les camps. Depuis le mois de juin, on a enregistré un pic significatif, avec environs 1300 réfugiés qui arrivent chaque jour. Aujourd’hui, 380.000 personnes vivent à Dadaab – dont 20.000 personnes handicapées, tous types de handicaps confondus- et l’on s’attend à devoir accueillir 500.000 personnes d’ici à la fin de l’année. Or les camps actuels sont déjà saturés. Les nouveaux arrivants doivent s’installer à l’extérieur des camps, sans aucunes infrastructures sanitaires. Ils construisent des abris de fortunes, à l’ombre des quelques arbres, à l'aide branchages et de bâches en plastique.

Ils arrivent totalement épuisés, affamés, déshydratés. Je me souviens d’une maman qui avait marché une dizaine de jours en transportant dans une brouette son fils de 15 ans, infirme moteur cérébral. Elle avait parcouru 300 à 400 km sous le soleil, en poussant la brouette dans le sable. Beaucoup de personnes handicapées arrivent ainsi, à dos d’homme ou en brouette. Quand les personnes arrivent, elles s’écroulent et attendent, inertes, assises sur un carton. Mais il y a aussi ceux qui meurent dans le voyage, de fatigue, de faim, de soif. Parmi eux, beaucoup d’enfants…

Handicap International n’est évidemment pas la seule ONG à intervenir, mais notre préoccupation va vers les plus vulnérables comme les personnes âgées, les personnes et les enfants isolées et les personnes handicapées. Nous nous assurons notamment qu’il n’y ait pas de discrimination au moment de la distribution des biens de première nécessité.
L’association mène actuellement une mission d’évaluation pour voir si, en plus de ce que nous faisons déjà, un autre type de soutien n’est pas nécessaire, à Dadaab mais aussi dans un camp de transit situé directement à la frontière somalienne, d’une capacité de 10.000 personnes.

La situation demande des réponses urgentes !

A cause de l’augmentation du nombre de réfugiés ces derniers mois, nous avions commencé à recruter de nouvelles personnes pour répondre aux besoins. Aujourd’hui, il faudrait encore augmenter nos équipes, mais aussi nos ressources et les fonds disponibles pour fournir toute l’assistance nécessaire. Nous craignons en effet que les réfugiés continuent d’affluer. »

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».