Accès direct au contenu

Haïti : De l’urgence à l’inclusion

Insertion Réadaptation Urgence
Haïti
Les images semblent si proches… La terre qui tremble, un palais présidentiel effondré, des milliers de morts,  de blessés, de sans-abris… 18 mois plus tard, le verdict est contrasté : si les blessés – et l’ensemble de la population de Port-au-Prince – bénéficient de soins de santé efficients, une fraction trop importante des habitants vit toujours sous tente, dans des conditions difficiles. Et les personnes handicapées ont besoin de soutien pour surmonter de nouveaux défis.
Ricoh, un aide-kiné, effectue avec Josil une séance de réadaptation.

Arrivée en Haïti le 18 janvier 2010, la section belge de Handicap International a dispensé des soins kinés et développé des projets de réadaptation au sein d’hôpitaux mis en place par Médecins sans Frontières. A partir de mars, Handicap International a concentré son intervention dans un centre de référence chirurgical et post-opératoire, l'hôpital de Sarthe. Une salle kiné et un atelier d'appareillage y ont été ouverts afin de permettre la réadaptation des patients et la production de prothèses provisoires pour les personnes amputées. Nouvelle étape dans ce travail de réadaptation : le transfert de nos activités de Sarthe vers un nouvel hôpital, Tabarre, se prépare actuellement. Ces projets ont permis à 1300 patients de bénéficier d’un suivi kiné, tandis qu’un millier d’aides de marche (orthèses, prothèses, chaises roulantes…) ont été distribuées.

Mais la kiné et les aides orthopédiques ne suffisent pas toujours lorsqu’une personne se trouve soudainement confrontée à un handicap permanent. Il faut aussi préparer son retour à la maison, car une fois quitté l’univers protégé de l’hôpital, une nouvelle vie commence. Deux projets ont été développés pour répondre à ce besoin : un centre de réadaptation fonctionnelle et un village communautaire. Les patients y apprennent à se déplacer en chaise roulante ou avec une prothèse, mais aussi à aller aux toilettes, se laver, faire la cuisine…

Se posait aussi la question des ressources financières et de l’intégration dans la société. La section belge de Handicap International a donc lancé récemment un projet d’inclusion socio-économique visant la création d’activités génératrices de revenus. Une soixantaine de patients en bénéficient à ce jour. En sensibilisant les responsables d’entreprises, nous favorisons la formation et l’intégration de personnes en situation de handicap au sein de grosses structures professionnelles locales.

La section belge de Handicap International en Haïti se compose actuellement de 75 personnes, dont 8 expatriés.

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.