Go to main content

Hommage à Camille Lepage

Camille Lepage, photographe de 26 ans, a trouvé la mort au cours d’un reportage en Centrafrique. Son décès a été annoncé  mardi 13 mai par les autorités françaises.
Photo prise par Camille Lepage au Soudan du Sud.

Camille Lepage, photographe de 26 ans, a trouvé la mort au cours d’un reportage en Centrafrique. Son décès a été annoncé  mardi 13 mai par les autorités françaises.

Camille a contribué à faire connaître de nombreuses crises qui affectent le continent africain en proposant ses images aux médias internationaux et en s’engageant aux côtés des organisations humanitaires actives dans les zones de conflits.
En janvier dernier, elle avait effectué un reportage avec Handicap International sur les réfugiés au Soudan du Sud. 

Sa capacité à appréhender la situation des plus vulnérables, tout comme la qualité de son travail, avaient été soulignées par tous ceux qui ont eu l’occasion de la rencontrer.

"Je veux que les spectateurs ressentent ce que les gens vivent", expliquait-elle alors. "J'aimerais qu’ils aient de l’empathie pour eux en tant qu'êtres humains, plutôt qu’ils ne les voient comme un groupe d'Africains de plus, qui souffrent de la guerre, quelque part sur ce continent noir."

Handicap International salue le travail des journalistes et photographes qui, comme Camille Lepage, témoignent de la souffrance des personnes les plus fragiles, dans le cadre de crises oubliées.

A la famille et à aux proches de Camille Lepage, Handicap International adresse ses plus sincères condoléances.

Photoreportage

Découvrez ici le reportage que Camille a réalisé en janvier pour Handicap International, au Soudan du Sud, dans le camp de réfugiés Juba 3.

 

Pour aller plus loin

Téléphone en panne

Téléphone en panne

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. Nous mettons tout en oeuvre pour réparer la panne. En attendant, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à l'adresse info@belgium.hi.org

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. 

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.