Accès direct au contenu

Inondations en Bosnie : des mines antipersonnel déplacées par les eaux

Mines et autres armes
Un nouveau drame pour les populations sinistrées en Bosnie : près de 3 000 glissements de terrain dus aux inondations ont provoqué le déplacement de mines antipersonnel datant de la guerre de 1992-95. Les rivières en crue ont aussi pu emporté ces armes vers des endroits qui n’étaient pas jusqu’à présent minés.
ruban marquant la limite d'un champ de mines

Un nouveau drame pour les populations sinistrées en Bosnie : près de 3 000 glissements de terrain dus aux inondations ont provoqué le déplacement de mines antipersonnel datant de la guerre de 1992-95. Les rivières en crue ont aussi pu emporté ces armes vers des endroits qui n’étaient pas jusqu’à présent minés. Une situation qui pourrait engendrer des conséquences dramatiques. Handicap International est en contact avec les autorités bosniennes pour évaluer les besoins d’une intervention.

Une catastrophe supplémentaire pour la Bosnie, qui subit depuis quelques jours, à l’instar de ses voisins, des inondations historiques dont le bilan s’élève à plus de 40 morts. En effet, les glissements de terrain et les cours d’eau ont fait remonter à la surface et charrié des mines antipersonnel datant de la guerre en ex-Yougoslavie (1992-1995). Un danger d’autant plus important que les panneaux d'avertissement signalant les zones où il y avait des champs de mines ont également été emportés par les eaux. Toute la cartographie de la contamination est à refaire. Trois nouvelles zones contenant des mines ont déjà été identifiées : Bosenska Krupa (nord-ouest), Visoko (centre) et Olovo (est), mais l’ampleur réelle du problème reste indéterminée.

Déjà une explosion de mine

Handicap International s’inquiète des conséquences tragiques pour les populations civiles : « Les mines emportées par les flots se sont maintenant déposées dans des zones inconnues, menaçant des communautés qui ne sont pas sensibilisées au danger que représente ces armes, s’alarme Gilles Delecourt, Directeur de l’action contre les mines à Handicap International. Une explosion de mine, heureusement sans conséquence, a déjà eu lieu près de Cerik, ce lundi 19 mai. Cet exemple montre la vulnérabilité des populations face à ce fléau. » L’association, qui a mené des actions de déminage en Bosnie jusqu’en décembre 2012, est en lien avec les autorités de Bosnie pour examiner les modalités d’une intervention.

La Bosnie est le pays le plus miné en Europe. Selon des chiffres officiels , depuis la fin de la guerre de 1992-1995, plus de 120 000 mines sont encore disséminées sur l’ensemble du territoire. Plus de 8 000 victimes de mines ou reste explosif de guerre ont été recensées depuis 1992 en Bosnie.
 

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !

Au Laos, Handicap International poursuit ses interventions afin d’éliminer la menace et de réduire le risque humanitaire et socioéconomique que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les populations du pays.