Go to main content

Le retour à la maison, un fameux défi !

Réadaptation
Haïti
Aujourd’hui, l’un de nos patients, Josué, rentre chez lui après plus de 15 mois passés à l’hôpital. Il est devenu paraplégique suite à une blessure par balle. Il est heureux, il attendait ce moment depuis tellement longtemps. Sa maman l’accompagne, un grand sourire aux lèvres. Elle est fière de ramener son garçon - qui a mis ses plus beaux vêtements pour l’occasion - à la maison.
Josué et sa famille, le jour de son retour à la maison

Aujourd’hui, l’un de nos patients, Josué, rentre chez lui après plus de 15 mois passés à l’hôpital. Il est devenu paraplégique suite à une blessure par balle. Il est heureux, il attendait ce moment depuis tellement longtemps. Sa maman l’accompagne, un grand sourire aux lèvres. Elle est fière de ramener son garçon - qui a mis ses plus beaux vêtements pour l’occasion - à la maison.

On embarque ses maigres affaires, son indispensable (et tellement précieuse) mini télévision et un verticaliseur fabriqué pour lui afin qu’il puisse continuer la thérapie à la maison. Quinze minutes plus tard, nous sommes chez lui, à Cité Soleil. La maison a été détruite par le séisme, ils vivent maintenant à six dans une pièce construite de tôles et de bâches.

Un mois auparavant, nous avions vérifié l’accessibilité des lieux. Josué est en fauteuil roulant, il ne peut donc malheureusement pas passer partout. Le chemin d’accès était alors praticable, mais avec la saison des pluies, il est devenu un marécage avec dix cm d’eau partout… Impossible pour Josué de le traverser !  Il a fallu se mettre à trois pour le porter jusque dans la cour de la maison. Après les derniers conseils, c’est déjà le moment de partir.

Mais notre prise en charge ne va pas s’arrêter là. Un de nos objectifs principaux est le retour du patient à domicile et la réintégration au sein de la communauté. Comment Josué pourrait-il être totalement intégré s’il ne peut jamais sortir seul de chez lui ? Lui qui a seulement 26 ans… La prochaine étape de notre prise en charge est de trouver une solution pour lui permettre d’entrer et de sortir de chez lui seul.

C’est en partie avec cette condition qu’il pourra retrouver une vie active, ne plus dépendre sans cesse de sa famille. Une vie où il sera heureux…

 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.