Go to main content

Mines et sous-munitions : dernières avancées

Mines et autres armes
98% des victimes connues des sous-munitions sont des civils. Ce constat effrayant dressé par Fatal Footprint, notre rapport préliminaire sur l’impact humanitaire des armes à sous-munitions dans les 24 pays et territoires affectés, a fait la une de la presse mondiale le 2 novembre dernier. Derrière les nombreux chiffres cités dans Fatal Footprint, il y a surtout les dizaines de milliers de personnes qui luttent quotidiennement pour leur survie dans un environnement pollué par les sous-munitions.

A télécharger : la 'Ban Mines Newsletter'

98% des victimes connues des sous-munitions sont des civils. Ce constat effrayant dressé par Fatal Footprint, notre rapport préliminaire sur l’impact humanitaire des armes à sous-munitions dans les 24 pays et territoires affectés, a fait la une de la presse mondiale le 2 novembre dernier. Derrière les nombreux chiffres cités dans Fatal Footprint, il y a surtout les dizaines de milliers de personnes qui luttent quotidiennement pour leur survie dans un environnement pollué par les sous-munitions.

C’est en réponse directe aux souffrances et aux catastrophes économiques et sociales, individuelles et familiales, infligées par les sous-munitions qu’Handicap International décidait en février 2005 d’appeler à l’interdiction de ces armes. Notre appel a été entendu. Tout d’abord par le grand public (315.000 personnes ont à ce jour signé notre pétition, voir www.sousmunitions.org ) ainsi que par les médias.

Ensuite, ce fut le tour de certains parlementaires dans certains pays. Résultats : 30 des 102 Etats parties ayant participé à Genève à la conférence d’examen de la Convention sur les Armes classiques (CCW) (voir p.3 de la newsletter) ont fait connaître leur volonté d’entamer des négociations sur un nouvel instrument juridique concernant les armes à sous-munitions, tandis que 25 Etats ont carrément appelé à une interdiction internationale des armes à sous-munitions "qui présentent de sérieux dangers au plan humanitaire."

Mais ce n’est qu’un début: certains Etats sont encore opposés à un traité sur les armes à sous-munitions. Exactement comme il y a dix ans, à la veille du processus d’Ottawa, il apparaît clairement que le cadre de la CCW ne permettra pas d’apporter une réponse aux tragédies humaines causées par les armes à sous-munitions. Un traité en dehors de la CCW est désormais inévitable.

L’initiative norvégienne (voir p.3 de la newsletter) oblige les Etats et leurs représentants à choisir entre soit consentir de réels efforts pour négocier des règles qui protègeront les civils, soit s’obstiner dans leur refus de faire passer la protection des civils avant l’emploi d’armes barbares. Le processus d’Ottawa a ouvert la voie à un nouveau type de diplomatie : à la fois multilatérale et efficace. L’initiative norvégienne représente une occasion unique d’étendre cette expérience.


Cliquez ici pour télécharger l'intégralité de la newsletter en PDF.

Pour aller plus loin

Une nouvelle victime de mine toutes les heures
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Une nouvelle victime de mine toutes les heures

Le rapport 2019 de l'Observatoire des mines a enregistré 6 897 victimes de mines en 2018, soit presque une nouvelle victime toutes les heures !

Arrêter les bombardements en zones peuplées, c'est pour bientôt ?
© Handicap International
Mines et autres armes

Arrêter les bombardements en zones peuplées, c'est pour bientôt ?

Voilà déjà cinq ans que Handicap International alerte le grand public et les dirigeants du monde entier sur les ravages causés par l’utilisation des armes explosives en zone peuplée. Alma Al-Osta, responsable du plaidoyer sur le désarmement, nous explique pourquoi ce combat est important.

Première mondiale belge : des drones détecteurs de mines
X. Depreytere - H.I.
Mines et autres armes

Première mondiale belge : des drones détecteurs de mines

Handicap International et son partenaire Mobility Robotics ont pour la première fois localisé des mines sous terre à l’aide de drones munis de caméras infrarouges. Expérimentée au Tchad depuis février cette technologie devrait permettre, à terme, de réduire considérablement la durée des opérations de déminage et de sécuriser davantage le travail des démineurs. Une avancée majeure et révolutionnaire pour les acteurs du déminage !