Accès direct au contenu

Myanmar, un an après le cyclone

Urgence
Bruxelles, le 02 mai 2009 - Le cyclone Nargis a frappé le Myanmar le 2 mai 2008, dévastant une part importante du delta de l'Irrawaddy. Les bilans estiment à 130.000 le nombre de personnes décédées ou disparues. Un an plus tard, Handicap International Belgique clôture ses projets sur place. Les actions menées ont permis d’améliorer la prise en charge des patients et  de favoriser des activités génératrices de revenus pour les personnes handicapées.
Cyclone Nargis, Myanmar

Une vie décente pour les personnes handicapées victimes de Nargis

Bruxelles, le 02 mai 2009 - Le cyclone Nargis a frappé le Myanmar le 2 mai 2008, dévastant une part importante du delta de l'Irrawaddy. Les bilans estiment à 130.000 le nombre de personnes décédées ou disparues. Un an plus tard, Handicap International Belgique clôture ses projets sur place. Les actions menées ont permis d’améliorer la prise en charge des patients et  de favoriser des activités génératrices de revenus pour les personnes handicapées.

En juin, Handicap International a reçu l'autorisation de mener sur place une mission d'évaluation des besoins. Le projet élaboré après cette mission anticipait des problèmes de malnutrition prédits par la plupart des acteurs travaillant au Myanmar et prévoyait, pour y faire face, un projet de kinésithérapie respiratoire.

Heureusement, la famine annoncée ne s’est pas produite. En septembre, Handicap International a donc réorienté ses projets pour s’ajuster aux besoins de la population. Toutes deux présentes sur place, les sections belges et françaises de l’organisation ont alors choisi de collaborer pour mettre en place un nouveau projet en partenariat avec l’association PMI. La section belge de Handicap International a donné des formations en kinésithérapie aux kinésithérapeutes de PMI et à des kinés recrutés localement par la section française, cette dernière se chargeant des aspects de kinésithérapie et de soutien psychosocial du projet.

Handicap International Belgique a par ailleurs aidé à la transformation de l’espace de vie des personnes handicapées, facilitant par exemple l’accessibilité des maisons et des chemins. Nous avons également soutenu des activités génératrices de revenus pour les personnes handicapées et leur famille en apportant un support très concret afin de permettre à ces personnes de retrouver des moyens de subsistance.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».