Accès direct au contenu

Népal : où en sommes-nous ?

Urgence
Népal
Mobilisées dès les premières heures de la catastrophe qui a frappé le Népal, les équipes de Handicap International sont déjà venues en aide à plusieurs centaines de personnes. Les envois de matériel se poursuivent alors que les interventions dans les districts éloignés permettent de confirmer l’ampleur des besoins des personnes victimes du séisme.
Une salle de l'hôpital remplie de lits occupés, deux personnes de l'équipe de Handicap International se penchent sur un patient alité

Mobilisées dès les premières heures de la catastrophe qui a frappé le Népal, les équipes de Handicap International sont déjà venues en aide à plusieurs centaines de personnes. Les envois de matériel se poursuivent alors que les interventions dans les districts éloignés permettent de confirmer l’ampleur des besoins des personnes victimes du séisme.

Lorsque le séisme a frappé le Népal, le 25 avril dernier, le personnel de Handicap International s’est immédiatement organisé pour assurer un support à la prise en charge des blessés et des distributions dans plusieurs hôpitaux de Katmandu. Très vite, des renforts ont été envoyés dans le pays depuis l’Europe. Des logisticiens, kinésithérapeutes, coordinateurs urgence ont été déployés. L’équipe compte aujourd’hui plus de 80 personnes mobilisées auprès des victimes du tremblement de terre alors que le déploiement se poursuit.

Plusieurs centaines de blessés soignés

Plus de 400 blessés ont déjà reçu des soins dans quatre hôpitaux où Handicap International vient en soutien, dans les districts de Katmandou, de Lalitpur et de Baktapur.

Une évaluation a été également été conduite dans le secteur de Nuwakot, à l’ouest de Katmandou. Elle a été accompagnée de distributions et de soins aux blessés à l’hôpital de Nuwakot, où l’association contribue également à l’enregistrement et l’évaluation des besoins des blessés qui, à leur décharge de l’hôpital, ne savent pas toujours comment rejoindre leurs familles, restent dans des structures temporaires et sont démunis. C’est une étape essentielle pour que ces personnes puissent ensuite être suivies et bénéficier du matériel nécessaire (aides à la marche par exemple, mais aussi articles ménagers essentiels, couvertures…), et des soins adaptés à leur situation.

Distribution de kits de base

Cette semaine, 500 kits « besoins de base » doivent être distribués. Contenant des bâches, des couvertures, du matériel de cuisine, des kits d’hygiène, ils servent à rééquiper des familles qui ont tout perdu pendant le tremblement de terre. 500 kits supplémentaires sont en cours d’acheminement depuis la base logistique de Dubaï pour être distribués dès leur arrivée au Népal.

La première urgence passée

Dans les quatre mois qui viennent, Handicap International prévoit de proposer des soins de réadaptation à au moins 1 500 blessés, et de former 1 200 personnes proches de ces blessés à leur prise en charge. Dans ce contexte d’urgence, l’entourage des victimes peut ainsi réaliser des gestes de base pour favoriser le rétablissement des blessés, et éviter le développement de handicaps durables.

Dix structures de santé seront également soutenues, par des distributions de matériel et par des formations dispensées au personnel sur les soins aux blessés.

Une attention spécifique pour les plus vulnérables

7 000 personnes considérées comme très vulnérables (malades, très âgées ou handicapées…) bénéficieront d’actions de protection (identification, évaluation des besoins, référencement vers les services adaptés). Les équipes de Handicap International s’efforceront de repérer les personnes les plus fragiles en allant dans les villages parfois très isolés, de prendre en compte leur situation, leur environnement familial, leur santé… et de les orienter ensuite vers un hôpital, un centre de soin, ou encore une organisation humanitaire qui assure des distributions alimentaires.  Le but est que ces personnes fragiles bénéficient de l’aide dont elles ont besoin.

Une « cellule technique inclusion » va être constituée. Son objectif est de sensibiliser les autres organisations de solidarité à la prise en compte des personnes âgées, femmes isolées, personnes handicapées, personnes blessées... La cellule technique apporte des conseils, formations et appuis techniques opérationnels auprès des acteurs humanitaires dans tous les secteurs. Par exemple, pour l’organisation de distributions qui soient accessibles à des personnes vulnérables, ou que les informations sur l’aide humanitaire disponible soient dispensées y compris à toutes les personnes isolées…

 

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».