Accès direct au contenu

Premier rapport mondial sur le handicap

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Banque mondiale publient le premier rapport mondial sur le handicap. Ce rapport va utilement contribuer, par une dimension praticienne, à la mise en œuvre de la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées. Sa publication est l’occasion pour Handicap International de souligner la vulnérabilité particulière des personnes handicapées dans les pays en développement.
Une personne handicapée joue au foot au Burundi

Handicap International se réjouit de la publication* du premier document de référence sur la situation du handicap dans le monde et souligne l’ampleur et la richesse du travail fourni.

Estimant le nombre de personnes handicapées à un milliard, soit 15% de la population mondiale, le rapport de l’OMS et de la Banque mondiale confirme que le handicap constitue une problématique majeure à l’échelle de la planète. Les causes de handicap sont elles-mêmes en évolution en raison notamment de l’allongement de la vie, d’une plus grande prévalence des maladies chroniques ou encore de l’augmentation des violences armées et des catastrophes naturelles.

Si les constats et les recommandations reflètent bien les observations de l’association sur de nombreux terrains, Handicap International tient à souligner que le caractère mondial de l’exercice ne doit pas masquer les profondes inégalités de ressources (économiques, juridiques, compétences) entre pays à revenus élevés et pays pauvres. L’association insiste sur le rôle et la nécessité des solidarités communautaires, mais aussi nationales et internationales, pour que la situation des personnes handicapées des pays à revenus faibles et intermédiaires puisse s’améliorer.

Handicap International appelle également à une vigilance particulière de tous les acteurs : l’accent mis par le rapport sur l’accès des personnes handicapées aux services ordinaires, positif en soi, ne doit pas occulter le caractère impératif de l’existence de services spécifiques et de mécanismes de compensation pour que l’égalité des chances puisse effectivement progresser.

Enfin, Handicap International regrette que le rapport soit particulièrement discret sur la question spécifique des besoins des personnes handicapées dans les situations d’urgences humanitaires et de crises chroniques, et sur l’insuffisance de sa prise en compte par les acteurs et les bailleurs. Les récentes urgences majeures – en Haïti, au Pakistan ou en Côte d’Ivoire – ont illustré l’importance vitale, au cœur des premiers secours, d’une assistance dédiée à cette incontournable minorité, prise en tenaille entre sa propre vulnérabilité et l’impact d’une crise.

 

* Publié le 9 juin aux Etats-Unis, le rapport de l'OMS sortira officiellement le 27 juin en Europe.

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.