Accès direct au contenu

Réadaptation, soutien psychosocial et préparation à la mousson

Urgence
Népal
Bientôt deux mois après les séismes au Népal, l'aide reste toujours indispensable. Nos équipes sur place, composée de 19 expatriés et 100 Népalais proposent des soins de réadaptation, un soutien psychosocial et aident à préparer l'arrivée de la mousson.
kinesist helpt een jongeman met geamputeerd been oefeningen doen tussen twee steunbaren.

Bientôt deux mois après les séismes au Népal, l'aide reste toujours indispensable. Nos équipes sur place, composée de 19 expatriés et 100 Népalais proposent des soins de réadaptation, un soutien psychosocial et aident à préparer l'arrivée de la mousson. [1]

  • Nos équipes de kinésithérapeutes, interviennent dans trois hôpitaux de Katmandou, la capitale, dans le district de Nuwakot ( Bidur/Trisuli), et maintenant aussi dans le district de Sindhupalchok, à Chautaraet.
     
  • Des équipes sont également présentes dans des centre de réadaptation pour de personnes convalescentes (step-down facilities) dans les disticts de Kathmandu Valley. Elles interviennent pour couvrir les besoins de réadaptation et de soutien psycho-social des blessés. Elles proposent aussi des soins de réadaptation, distribuent d’aides à la mobilité et forment les personnes accompagnantes. Elles assurent aussi des premiers soins psycho-sociaux, des activités de groupes à visée thérapeutique (entre personnes blessées / handicapées notamment, pour diminuer le niveau de stress et d’angoisse des participants). Elles accompagnent les blessés qui doivent savoir où trouver les soins dont ils auront besoin dans les prochaines semaines / mois et pour faciliter leur retour dans leur communauté. A ce titre, ils pourront recevoir un kit d’articles ménagers essentiels (kit hygiène, couverture,  kit cuisine…)
     
  • Plus de 1000 kits de première nécessité ont été distribués depuis le début de notre intervention (tentes, kits de cuisine, kits d’hygiène, couverture). La première semaine de juin, 320 kits ont été distribués dans le district de Rasuwa. 900 kits supplémentaires doivent être distribués dans les prochaines semaines dans le district de Nuwakot. La mousson commence ces jours-ci et certaines zones ne seront bientôt plus accessibles. Nous établissons donc des contacts avec des « points focaux » qui pourront continuer de nous donner des informations sur la situation des communautés lorsque les acteurs humanitaires ne seront plus en mesure de se rendre sur place régulièrement.
     
  • Handicap International assure (en partenariat avec le PAM – Programme Alimentaire Mondial) la gestion de l’un des deux centres de stockages de l’aide humanitaire à Katmandou (à Banepa précisément, sur une surface de 1200m²). Un espace de stockage a également été mis en place dans le district de Nuwakot, à Bidur (400m²), et un autre dans le district de Rasuwa, à Dhunché (280m²). Handicap International a également commencé à transporter par camions l’aide humanitaire stockée à Nuwakot (Bidur) vers les différents points de distributions dans les villages et communautés. Ces opérations de stockage et de transport permettent de faciliter l’intervention de l’ensemble des acteurs humanitaires. 
     
  • La Cellule Technique Inclusion de Handicap International collabore avec l’ensemble des acteurs humanitaires sur la problématique de l’inclusion des personnes vulnérables. Handicap International, à travers une présence dans les forums de coordination et groupes de travail fait en sorte d’améliorer les pratiques inclusives des acteurs humanitaires et ainsi de renforcer l’accès aux services des personnes vulnérables.

Nos projets de réadaptation en chiffres*

*au 09/06/2015

  • Nombre de bénéficiaires : 1.161
  • Nombre de sessions de réadaptation: 4.064
  • Nombre d'aides à la mobilité distribuées : 309 (les donations de matériel aux hôpitaux ne sont pas comprises dans ce chiffre)

Principaux types de blessures

*Parmi les bénéficiaires de notre projet réadaptation. Ces chiffres ne sont donc pas représentatifs de l’ensemble des blessures occasionnées par le séisme. .

  • Fractures : 71%
  • Lésion de la moelle épinière: 7%
  • Blessures à la tête : 6%
  • Lésions : 4 %
  • Amputations : 4%
  • Autres : 8%

 

[1] Les effectifs continuent d’augmenter car les activités de développement reprennent peu à peu et qu’une partie des équipes d’urgence est donc rappelée sur ces activités (Pour partie, les équipes « urgence » de Handicap International étaient jusqu’ici composées de collègues « développement » qui doivent donc être remplacés au travers de nouveaux recrutements. Le volume de nos équipes urgence reste donc inchangé, mais le nombre total de personnel HI au Népal augmente).

Publié le : 20 janvier 2021

Pour aller plus loin

Milagros Chacin : "Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants"
© HI
Santé Urgence

Milagros Chacin : "Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants"

Face à la crise économique qui sévit au Vénézuela, Milagros Chacin et sa famille se sont réfugiés en Colombie. L'épidémie de COVID-19 a rendu plus problématiques encore les conditions de vie des réfugiés. Comment faire pour s'en sortir ?

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

HI aide les Vénézuéliens réfugiés en Colombie durant l’épidémie Covid-19
© Coalición LACRMD
Réadaptation Santé Urgence

HI aide les Vénézuéliens réfugiés en Colombie durant l’épidémie Covid-19

Face à la crise du covid-19, HI apporte un soutien aux vénézuéliens réfugiés en Colombie, pays qui compte près d’un million de personnes contaminées. Les conséquences de l’épidémie sont dramatiques.