Accès direct au contenu

SOUDAN DU SUD « Dans le camp de Juba, des milliers de familles sans assistance »

Urgence
Soudan du Sud
Chef de la mission d’urgence de Handicap International au Soudan du Sud, Céline Lefebvre s’est rendue cette semaine dans un camp situé en bordure de la capitale, Juba. Des milliers de familles y survivent entassées, avec un accès aléatoire aux services de base.
une femme se dirige vers une colonne de réfugiés

Chef de la mission d’urgence de Handicap International au Soudan du Sud, Céline Lefebvre s’est rendue cette semaine dans un camp situé en bordure de la capitale, Juba. Des milliers de familles y survivent entassées, avec un accès aléatoire aux services de base.
« Ce qui m’a le plus frappée dans ce camp de Juba, qui compte 18.000 personnes, c’est la vision des familles entassées, de l’absence de place, de la promiscuité dans laquelle vivent ces femmes, ces enfants, ces hommes qui fuient des combats sans vraiment savoir où aller », témoigne Céline Lefebvre, chef de mission Handicap International au Soudan du Sud.

« On peut voir des familles de six ou sept personnes qui disposent d’à peine 6 m² pour s’installer, qui dorment dans des tentes souvent à même le sol. Le fait de se trouver dans un camp ne leur garanti même pas la sécurité qu’elles pensaient y trouver puisque les violences entre les parties au conflit se sont invitées à l’intérieur même de ce camp. La promiscuité et le manque d'équipement du camp (éclairage insuffisant) sont des facteurs d'insécurité supplémentaires, particulièrement pour les femmes. Les besoins de base - soins, accès à la nourriture et à l’eau - ne sont pas toujours couverts compte tenu du nombre important des déplacés et de la soudaineté de la crise. Des puits ont été creusés, des latrines sont construites, une autre organisation distribue des tablettes nutritives… Mais la tâche demeure immense. Les hôpitaux peinent à libérer des places pour les blessés, puisque ceux qui ont été soignés ne peuvent pas être renvoyés dans les camps faute de suivi. »

Dans ce pays devenu indépendant en juillet 2011 (1), la rareté des services de base conjuguée à une explosion de violence fragilise immédiatement les personnes les plus vulnérables que sont les personnes handicapées, les femmes enceintes, les blessés, les personnes âgées… C’est une préoccupation majeure de Handicap International.

« Dès notre arrivée, nous nous sommes rendus auprès des personnes déplacées pour identifier les besoins les plus urgents, explique Céline. Avec l’appui de notre personnel national (Handicap International travaille au Soudan du Sud depuis 2006), nous préparons notre intervention, afin qu’elle soit vraiment adaptée aux attentes des plus vulnérables ».

Handicap International doit apporter son expertise des situations de crise en organisant l’identification et l’orientation des personnes les plus vulnérables, afin de permettre leur accès à l’aide humanitaire. Dans certains cas, cela peut consister à accompagner des personnes handicapées vers un centre de soin ou vers une distribution alimentaire. Dans le même temps, l’association devrait proposer des soins de réadaptation aux blessés, pour favoriser leur rétablissement et limiter la survenue de handicaps permanents.

Ces actions devraient être mises en place autour de Juba où les déplacés sont donc très nombreux, mais également à Awerial, et à Bor, une ville située plus au Nord, où il n’est pas possible de se rendre aujourd’hui au regard de l’instabilité qui y règne.

 

(1) – Le Soudan du Sud connait des problèmes structurels importants tels que le manque d’accès aux services de base, l’insécurité alimentaire, la contamination des terres par des mines et par des restes explosifs de guerre. A cela, s’ajoute la circulation importante d’armes légères qui représente un danger permanent pour l’ensemble de la population. De plus, depuis la création du pays, 100 000 réfugiés ou déplacés reviennent sur leurs terres et ont besoin d’assistance. L’Etat du Centre équatorial est le plus contaminé du pays par les mines et aussi celui qui recense le plus de victimes de mines/restes explosifs de guerre et de population déplacée.
 

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

HI aide les Vénézuéliens réfugiés en Colombie durant l’épidémie Covid-19
© Coalición LACRMD
Réadaptation Santé Urgence

HI aide les Vénézuéliens réfugiés en Colombie durant l’épidémie Covid-19

Face à la crise du covid-19, HI apporte un soutien aux vénézuéliens réfugiés en Colombie, pays qui compte près d’un million de personnes contaminées. Les conséquences de l’épidémie sont dramatiques.

 

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser
Copyright Google Maps
Mines et autres armes Urgence

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser

Alors que les violences se poursuivent dans le Haut-Karabakh, les deux parties au conflit utilisent des armes explosives lourdes dans les zones peuplées, mettant la vie des civils en grave danger.