Accès direct au contenu

Un appel rempli d'émotion pour bannir les sous-munitions

12/9/11 - La Ban Advocate américaine Lynn Bradach a perdu son fils alors qu'il nettoyait des zones infestées de sous-munitions, des armes larguées sur l'Iraq par son propre pays. Lynn participe actuellement à la conférence sur les sous-munitions, au Liban, et cherche à convaincre les pays non signataires d'adhérer à la Convention interdisant ces armes.
Lynn Bradach, ban advocate américaine

12/9/11 - La Ban Advocate américaine Lynn Bradach a perdu son fils alors qu'il nettoyait des zones infestées de sous-munitions, des armes larguées sur l'Iraq par son propre pays. Lynn participe actuellement à la conférence sur les sous-munitions, au Liban, et cherche à convaincre les pays non signataires d'adhérer à la Convention interdisant ces armes.

“Une faible proportion de pays, parmi lesquels mon pays, les Etats-Unis, se sont jusqu'à présent tenus à distance de l'interdiction internationale des armes à sous-munitions. Malgré qu'ils reconnaissent les énormes dommages que peuvent causer ces armes, aussi bien durant que des années après la fin d'un conflit, ils justifient l'utilisation, la production et le stockage de sous-munitions par des raisons militaires. L'histoire de mon fils prouve qu'il s'agit d'une vision à trop court terme.

Travis travaillait pour les Marines en Iraq. Sur base volontaire, il a choisi de rester plus longtemps sur place pour nettoyer le pays des horribles bombes qui avaient été larguées sur l'Iraq par notre pays. Ce choix l'a conduit à la mort, et ses camarades ont souffert de graves blessures.

De nos jours, les guerres se livrent souvent dans des environnement urbains, rendant les conséquences humaintes de l'usage de sous-munitions encore plus importantes. Cette arme n'est pas adaptée aux conditions de guerre actuelles, et menace la vie des civils et celle des militaires qui nettoient ces zones après la guerre. Quelles raisons pourrait-on trouver pour justifier encore ces pertes humaines parfaitement évitables ?"

Publié le : 20 janvier 2021

Pour aller plus loin

Visite royale chez Handicap International
Copyright: A. Bertels - HI

Visite royale chez Handicap International

La reine Mathilde s’est rendue mardi matin dans les bureaux de Handicap International à Bruxelles afin de rencontrer le directeur de l’organisation en Belgique, Erwin Telemans, ainsi que plusieurs collaborateurs. Ils ont échangé avec la souveraine sur le fonctionnement, la vision et les futurs projets de l’organisation dans plus de 60 pays, mais également ceux mis en place en 2020 pour venir en aide aux personnes handicapées durant la pandémie.

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation
© HI
Réadaptation Santé

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation

La crise du COVID-19 n’a pas empêché la mère de Sreyoun et l’équipe de Handicap International de trouver des moyens pour aider la petite fille. La mère de Sreyoun est enchantée de voir sa fille s’épanouir.

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19
© HI
Prévention Santé

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19

A Madagascar, Handicap International a adapté de nombreux projets pour venir en aide aux personnes handicapées et leur éviter d’être touchés par la pandémie.