Accès direct au contenu

Utilisation inacceptable des sous-munitions en Ukraine

Mines et autres armes
L’armée ukrainienne a récemment utilisé des bombes à sous-munitions dans des zones densément peuplées dans le conflit qui l’oppose aux partisans pro-russes, selon un rapport récent de Human Rights Watch. Handicap International réagit.
Photo d'une sous-munition de type M42

L’armée ukrainienne a récemment utilisé des bombes à sous-munitions dans des zones densément peuplées dans le conflit qui l’oppose aux partisans pro-russes, selon un rapport récent de Human Rights Watch. Handicap International réagit.

Le rapport qualifie d’ « étendu » l’usage des bombes à sous-munitions dans le conflit ukrainien et indique que les différentes parties au conflit y ont eu recours, au moins à douze reprises. Deux tirs d’artillerie, effectués les 2 et 5 octobre 2014 sur la ville de Donetsk, ont fait un mort, un employé suisse du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), et six blessés.

Handicap International fait pression

« Nous appelons les autorités ukrainiennes à mener une enquête sérieuse et complète sur les responsables de ces attaques et à mettre fin à l’usage des armes à sous-munitions, déclare Marion Libertucci, responsable du plaidoyer à Handicap international. Les parties au conflit doivent s’interdire l’usage de telles armes qui touchent aveuglément les civils et sont interdites par un traité international (le Traité d’Oslo) depuis 2010. Nous appelons également les Etats de l’Union européenne à condamner sans réserve l’utilisation des bombes à sous-munitions, fait inédit sur le continent européen depuis le conflit au Kosovo en 1999 et qui ne doit en aucun cas rester impuni. Alors que l’UE examine un prêt supplémentaire à l’Ukraine de 2 milliards d’euros, elle ne peut pas rester silencieuse. »

Le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-Moon a immédiatement réagi en exprimant sa profonde inquiétude l’utilisation de bombes à sous-munitions en Ukraine et en rappelant l’importance de mettre fin à l’usage d’armes interdites.

« Les attaques d’octobre 2014 documentées par Human Rights Watch sont d’autant plus intolérables qu’elles ont eu lieu dans un environnement civil et densément peuplé, la ville de Donetsk qui compte plus d’un million d’habitants, et ne semblaient pas avoir d’objectif militaire, a ajouté M. Libertucci. Il s’agit d’une violation flagrante du droit international humanitaire. »

Les sous-munitions, des armes impitoyables

Plus de 90% des victimes recensées de bombes à sous-munitions dans le monde sont des civils. Jusqu’à 40% de ces bombes n’explosent pas à l’impact, constituant une menace pour les civils des dizaines d’années après un conflit, et entravant la vie sociale et économique dans les zones polluées.

Le traité d’Oslo interdit l’utilisation, la production, la commercialisation, le transfert et le stockage des bombes à sous-munitions. Les Etats parties ne peuvent assister, encourager ou inciter un tiers à des pratiques interdites par le traité. Le traité compte 87 Etats parties ; 28 Etats en sont signataires et doivent encore le ratifier.

Ni l’Ukraine ni la Russie ne sont signataires du Traité d’Oslo qui est cependant une norme internationale qui s’impose à l’ensemble des Etats.

Pour aller plus loin

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"
© HI
Mines et autres armes

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"

L'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées au Yémen ont entraîné un retour en arrière. C'est l'une des constatations importantes du rapport « Condamnation à mort pour les civils : l'impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen » publié par Handicap International le vendredi 12 juin.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.