Goto main content

Victime d’une mine, Nijaz Memic se prend aux Jeux

Mines et autres armes
Amputé de la jambe gauche après avoir sauté sur une mine, Nijaz Memic a travaillé ensuite pour Handicap International dans le cadre du projet « Land Mine Impact Survey ». Et depuis quelques jours, il est en piste, aux JO paralympiques de Vancouver, sous les couleurs de Handicap International.
Nijaz Nemic , victime d'une mine

Amputé de la jambe gauche après avoir sauté sur une mine, Nijaz Memic a travaillé ensuite pour Handicap International dans le cadre du projet « Land Mine Impact Survey ». Et depuis quelques jours, il est en piste, aux JO paralympiques de Vancouver, sous les couleurs de Handicap International.

Pour la première fois de son histoire, la Bosnie Herzégovine sera représentée aux Jeux Paralympiques d'hiver de Vancouver qui se déroulent jusqu'au 21 mars. Le skieur alpin Nijaz Memic, amputé de la partie inférieure de la jambe gauche à l'âge de 18 ans, sera le premier et unique représentant du pays pour ces Jeux.

Victime d'une mine antipersonnel en 1993 alors que son pays était en guerre, il n'a jamais baissé les bras ni même douté qu'un jour il reprendrait le sport. Malgré les difficultés qu'il a rencontrées, son espoir et sa détermination ont eu raison de son handicap. Pour sa première participation aux Jeux, Nijaz a décidé de porter les couleurs de Handicap International. Une manière pour lui d'afficher son soutien à l'association qu'il a rejoint en 2002 dans le cadre du projet « Land Mine Impact Survey », premier sur le sujet à l'échelle du territoire. Cette expérience lui a beaucoup appris et Nijaz dira même qu'elle « a changé sa vie et notamment son parcours professionnel ».

Aujourd'hui, il se consacre entièrement aux victimes et à la sensibilisation aux dangers des mines. « Le plus décourageant après toutes ces années, c'est qu'il y toujours des personnes qui sont victimes d'accident de mines en Bosnie-Herzégovine », déplore Nijaz. Lui-même miraculé, il considère que les victimes ont un rôle central à jouer dans leur intégration. « La seule chose qui compte c'est la volonté des individus et de la communauté à accepter ces personnes comme elles sont ». Une volonté et un espoir qui ne l'ont jamais quitté. Espérons qu'elles le guideront vers une médaille.

Publié le : 17 décembre 2021

Pour aller plus loin

Irak : un obstacle majeur à la reconstruction du pays
© F. Vergnes/HI
Mines et autres armes

Irak : un obstacle majeur à la reconstruction du pays

Cinq ans après la fin de la guerre en Irak, les communautés sont toujours fracturées, tout comme les bâtiments, les routes et les ponts qui les entourent. Publié aujourd'hui, le rapport de Handicap International, « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak », dresse un tableau édifiant de la vie quotidienne des Irakiens, dont certains ont trop peur pour laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints de travailler dans des endroits pollués par des explosifs, poussés par le besoin de gagner leur vie.

Atténuer l’impact des conflits
© Gwenn Dubourthoumieu / HI
Mines et autres armes

Atténuer l’impact des conflits

Le département de la Réduction de la violence armée chez HI supervise le déminage, l’éducation aux risques et la transformation de conflit... Des activités indispensables après une guerre.

H.I. poursuit ses activités auprès de la population afghane
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes Réadaptation

H.I. poursuit ses activités auprès de la population afghane

La plupart des activités de Handicap International en Afghanistan auprès des plus vulnérables ont repris après une interruption de quelques jours. Les besoins humanitaires sont immenses dans ce pays dévasté par des décennies de conflits, l’un des plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre et les mines antipersonnel.