Accès direct au contenu

Septembre - L'histoire d'Aaroo

Urgence
Pakistan
Aaroo habite un petit village qui a été durement touché par les inondations en septembre 2010. Deux ans après, il se souvient de cette catastrophe qui lui a pris huit de ses neuf enfants.
Aaroo

Aaroo (85) est le plus vieil habitant de Beg Bhadai, un petit village durement touché par les inondations de 2010 et 2011. La catastrophe a coûté la vie à 11 habitants d’un village qui n’en compte pas plus d’une cinquantaine.

« J’ai perdu quatre fils et quatre filles lors des inondations. Aujourd’hui il me reste seulement un fils. Moi j’ai pu être évacué par le gouvernement et j’ai passé deux mois dans un camp à Badim. Nous avons pu retourner au village après deux mois, et avons constaté que la plupart des habitations étaient détruites et qu’il restait encore beaucoup d’eau stagnante. J’ai toujours vécu ici, comme mes parents avant moi, et les choses ne se passaient pas comme ça jusqu’à il y a environ dix ans. Il arrivait que l’eau envahisse le village, mais ça ne détruisait pas tout. »

« Je n’y vois plus depuis 5 ans et ce sont mes petits enfants, avec qui je vis aujourd’hui qui s’occupent de moi, et les autres habitants du village s’assurent que j’ai bien à manger. Mais j’ai perdu ma maison, comme beaucoup d’autres personnes et tout ce qu’on a pu reconstruire c’est cette petite pièce, à partir de branchages collectés autour du village. L’endroit, est très petit, il n’est pas étanche à la pluie et il est très bas de plafond,… en plus je dois le partager avec 4 de mes petits enfants. »

« Il y a deux mois j’ai rencontré les personnes de Handicap International qui venaient voir de quoi nous avions besoin. J’ai reçu un lit et un matelas. Ils ont aussi installé une pompe à eau et nous ont donné des conseils d’hygiène pour éviter d’attraper des maladies. »

« Hier nous avons reçu la visite de l’équipe en charge de reconstruire les maisons, et ils ont fait le tour de village en demandant où chacun vivait. Ils m’ont dit que je recevrai une nouvelle maison, plus adaptée et dans laquelle je serai mieux protégé. »

Quelques semaines après la première visite les équipes de charpentiers de Handicap International sont revenues pour construire un abri plus sûr et plus digne, dans lequel Aaroo vit actuellement.


 

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».